21 novembre 2011

Temps de lecture : 2 min

Un nouveau GQ sur tablettes…

L’usage de l’ardoise est pour la presse et ses annonceurs une formidable opportunité de renouvellement. Et le masculin de Condé Nast l’a bien compris en amplifiant la résonance de ses annonceurs dans son nouveau mensuel digital. Retour sur cette version enrichie suivi d’un focus sur les nouvelles habitudes de consommation de lecture grâce ou à cause des tablettes…

Depuis 2010, Condé Nast est à la pointe du contenu enrichi. Le groupe a été l’un des premiers à tester un magazine digital avec  Wired. Le 21 décembre 2011, il lancera en France le premier mensuel papier avec sa version adaptée et enrichie sur tablette. Jusqu’à présent, seuls quelques titres hebdomadaires français s’y sont aventurés (Télérama, Paris Match, Le Point, Le Figaro, Closer). Beaucoup d’autres en sont encore à l’ère PDF…

Le contenu rédactionnel sur tablette passera à 120%. «la version 100% papier se transforme en une version 120% numérique», précise Amélie Cames, directrice adjointe de la publicité chez Condé Nast Digital. Et de rajouter: «on demande à chaque journaliste d’aller plus loin dans sa démarche. Avec par exemple un tournage vidéo pour illustrer la couverture, ou encore prendre des photos à 360° …»

Le potentiel de création publicitaire sur tablette sera lui aussi multiplié, avec des nouveaux formats tels que les hotspots, slideshows, photos explorer et tout ce qu’il reste à inventer. Un bémol: «peu d’agences en France savent déjà développer ce type d’animations. C’est pourquoi nous approchons les annonceurs qui l’ont déjà fait à l’international», regrette Amélie Cames. Par ailleurs, le prix des emplacements est, pour l’instant, moins cher que sur papier car on ne connaît pas encore l’impact de ce nouveau support pour bien les valoriser. Condé Nast travaille à des mesures et les communiquera au premier trimestre 2012…

Seuls 4,2% des Français se servent aujourd’hui de la première génération des tablettes tactiles, selon Médiamétrie. Ce chiffre va toutefois rapidement augmenter, et la tablette s’imposera comme un ordinateur ou un Smartphone.

Pour preuve, au niveau mondial, d’après les chiffres du cabinet Gartner, il se vendra presqu’autant de tablettes (326 M) en 2015 que d’ordinateurs aujourd’hui (364 M). De plus, toujours d’après Gartner, s’il ne se vend encore qu’une tablette pour 7 Smartphones en 2011, on passera a une tablette pour 3 Smartphones en 2015. Déjà en France, 525 000 foyers ont l’intention d’acheter une ardoise dans les 6 mois à venir, et à l’approche des fêtes en particulier.

Quand la tablette a été lancée, on ne savait pas trop quel allait être son rôle… Une récente étude publiée par l’institut OTO Research (groupe FullSIX) nous apprend qu’elle permet de s’informer et suivre l’actualité (pour 76% de ceux qui en possèdent). C’est encore plus vrai chez les utilisateurs d’iPad (83%).

Ainsi, pas étonnant que 32% déclarent lire moins souvent la presse papier depuis qu’ils ont une tablette. L’étude ne dit pas si ces mêmes individus dévorent du coup davantage la presse grâce à ce support. Il est fort à parier que oui. L’avenir de la presse et des tablettes est définitivement lié…

Chantal Garnier

1 : 4,2% des Français âgés de 15 ans et plus sont utilisateurs principaux d’une tablette tactile. Source : étude Téléphonie et Services Mobiles / Mobile Consumer Insight, 3ème trimestre 2011, Médiamétrie, 15 novembre 2011.
2 : Source : GFK / Médiamétrie, Référence des équipements multimédia, 3ème trimestre 2011
3 : Source : l’usage des tablettes dans les foyers français, OTO Research, groupe FullSIX, Octobre 2011

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia