2 décembre 2010

Temps de lecture : 2 min

Un nouveau jackpot pour les annonceurs

Internet regorge de vastes plaines encore inexploitées pour les marques. Vous vous souvenez avoir tenté de saisir des caractères illisibles sur un site web afin d'éviter les spams et de prouver que vous êtes bien humain? Jusque-là c'était compliqué, pas très attrayant et ne générait aucun revenu publicitaire. Mais désormais…

Internet regorge de vastes plaines encore inexploitées pour les marques. Vous vous souvenez avoir tenté de saisir des caractères illisibles sur un site web afin d’éviter les spams et de prouver que vous êtes bien humain? Jusque-là c’était compliqué, pas très attrayant et ne générait aucun revenu publicitaire. Mais désormais…

Voilà qui va changer, puisque la plateforme « type in » de la société Solve media basée à New York invite les utilisateurs à s’authentifier avec… le slogan d’un annonceur. Par exemple, la campagne Microsoft pour Internet Explorer 9, vous demandera de saisir le slogan «Browse safer». Simplicité, mémorisation, revenus publicitaires, il fallait y penser… D’ores et déjà des annonceurs majeurs comme Toyota ou Universal Pictures semblent avoir fait le premier pas.

Né dans les années 2000 à l’initiative de l’université Carnegie Mellon aux USA, le « captcha » classique (captcha pour « capture character ») est utilisé pour éviter que automates ou «bots» ne spamment les sites ou déqualifient les bases de données. L’inconvénient est que, mis à part les digital natives, bon nombres d’internautes ne réussissaient pas à lire le message «crypt». Et l’absence d’un standard contribuait à rendre plus difficile l’usage de cette protection. Bref pas sexy, compliqué et pas toujours fiable.

Le Type-In, quant à lui semble satisfaire tout le monde et remédier aux problèmes du «captcha» Partant du principe qu’on mémorise mieux ce que l’on écrit, les Type-In retiennent beaucoup mieux l’attention des internautes par rapport aux bannières classiques faciles à ignorer. Et cette nouvelle plateforme media fonctionne non seulement avec des images fixes mais également avec des vidéos de quelques secondes. On imagine assez bien les créatifs s’emparer de ce nouveau format ultra court et l’enrichir.

On ne sait pas encore si le Type-In va s’imposer comme le nouveau standard, et remplacer les méthodes qui existaient auparavant, mais lorsqu’on voit que le taux de mémorisation des slogans est dix fois supérieur aux bannières et que les mesures d’audience sont plus précises, on comprend que des marques comme Microsoft, Expedia, etc. puissent y faire des campagnes.

Les responsables de site web sont séduits à la fois par ce moyen de monétiser leurs site et par la plus grande simplicité pour l’internaute; en effet le temps moyen passé à s’authentifier est divisé par deux Simple à mettre en place selon Solve médias cette solution n’aurait que des avantages.

Du côté des utilisateurs, si on en croit les réactions des internautes sur les blogs et forums, nombres d’entre eux trouvent l’idée géniale parce qu’a priori simple, utile et efficace; La plupart d’entre eux semblent prêts a s’y soumettre pourvu qu’il n’y en ait pas plus qu’aujourd’hui. Si, en revanche, chaque publication sur un blog doit être accompagnée de son Type In, il y aura probablement des risques de boycott. Enfin les communautés anti-pub font remarquer que cette protection sera plus facile à contourner pour les spameurs et autres hackers…

L’un des enjeux de la réussite de cette technologie est à la fois de sécuriser le procédé et de maîtriser l’usage pour être adopté par les utilisateurs et les annonceurs. Le Type In bientôt recommandé par les agences françaises… ? À suivre.

Stéphane Maguet / Fonderie des arts médias

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia