18 décembre 2013

Temps de lecture : 2 min

Nos vêtements deviennent des instruments

Fini de taper dans ses mains, désormais on tape sur ses fringues pour s'exprimer! C'est différent, c'est innovant et cela s'appelle DrumPants !

« Nous voulons donner à chacun la capacité de créer et enregistrer des sons quand l’inspiration lui vient, qu’il soit dans un bus, en pleine randonnée ou dans un parc naturel en excursion. » Tyler Freeman n’a pas besoin de s’épancher longuement pour expliquer la finalité de son innovation. Pour le créateur de DrumPants, le procédé se veut ultra simple. Pour inventer sa propre musique, un capteur sensoriel relié à une boîte de contrôle suffit !

Composé de deux bandes et de deux pédales détectrices, DrumPants détecte les tapes de la main de l’utilisateur pour ensuite les transmettre au boîtier duquel sortira le son composé. Contrairement à ce que pourrait laisser deviner son nom, le kit peut se porter sur n’importe quel vêtement, chaussures comprises, permettant à quiconque de créer son propre morceau avec son corps. « Je suis un batteur et mes amis également. Je suis constamment en train de voir des gens jouer sur leur pantalon ou leur volant de voiture, je me suis donc dit qu’ils devraient tous pouvoir composer de la vraie musique avec ces gestes là », explique Tyler Freeman. Ancien développeur freelance chez Google, Adobe et BandPage, il a d’abord conçu DrumPants comme une blague. C’était il y a six ans. Depuis, le co-fondateur s’est persuadé de la viabilité commerciale et technologique de son invention.

En 2011, le premier jean-batterie était britannique

Pouvant être relié à des écouteurs et également capable de placer un téléphone sur silence ou de contrôler une navigation sur le Web, DrumPants est en cours de financement participatif sur Kickstarter. Le kit basique à 80 euros fournit plus de 100 sons possibles à l’utilisateur -que ce soit de la batterie, de la guitare ou du synthétiseur- et se connecte à un ordinateur via USB. Le kit professionnel à 115 euros se connecte lui avec Bluetooth. Pitché comme « un groupe de musique dans votre poche » sur sa page Kickstarter, DrumPants a déjà récolté près de 30 000 dollars, à 23 jours de la fin de sa campagne. Autant dire que l’objectif des 35 000 dollars de fonds sera largement dépassé, signe de l’intérêt du public pour ces capteurs sensoriels portables et connectés.

Il y a un peu moins d’un an, toujours aux Etats-Unis, la startup californienne Machina lançait sa MJ V1.0, la première veste du marché permettant de concevoir de la musique simplement avec ses gestes. De l’autre côté de l’Atlantique, en mars 2011, chez nos voisins anglais, un adolescent de 17 ans, Aseem Mishra, gagnait le trophée du Young Engineer of the Year avec le premier jean transformé en batterie portable. Mais contrairement à DrumPants, l’invention britannique n’a aucune chance d’atterrir un jour dans nos armoires. D’ici là, la chanson de Zouk Machine « La musique dans la peau » n’aura jamais aussi bien porté son nom.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

En cliquant sur l’image, explorez le champs des possibilités du DrumPants

Pour soutenir ce projet et avoir la chance de jouer de la batterie avec ses vêtements, cliquez ici.

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia