5 septembre 2021

Temps de lecture : 2 min

Comment Netflix conquiert le marché des jeux vidéos

Après un dernier trimestre moins encourageant sur les marchés boursiers pour Netflix, il était temps pour la firme californienne de diversifier ses activités. C’est officiellement chose faite avec le lancement de sa section gaming, pilotée par un ancien ponte d’Electronic Arts et du département VR de Facebook. The game is on.

Après les premières rumeurs – avérées – du mois de mai, confirmées lors de l’annonce de ses résultats trimestriels en Juillet, ainsi qu’une multitude d’embauches et une flopée de déclarations optimistes, Netflix semble enfin prêt à conquérir le marché des Jeux Vidéos. La firme pensée initialement par Reed Hastings comme un service de location DVD  vient de dévoiler ses deux premiers jeux dans l’univers de sa série la plus fructueuse.  Stranger Things 1984 et Stranger Things 3, sont uniquement en phase test sur le marché polonais : une manière d’accélérer sa stratégie d’interaction avec son audience promue en premier lieu avec l’épisode Bandersnatch de Black Mirror, tout en confirmant la bonne santé de la poule aux œufs d’or du groupe. Pour rappel, la bande de gosses la plus vintage du paf devrait débarquer sur vos écrans début 2022 pour une quatrième saison.

Logistique…

Comment tout cela va-t-il se fondre au sein de l’activité du groupe. Quelle cohabitation pour le streaming et le jeu?  « Nous considérons les jeux comme une nouvelle catégorie de contenu, à l’instar de notre expansion dans les films originaux, l’animation et la télévision non scénarisée. Les jeux seront inclus dans l’abonnement Netflix des membres sans coût supplémentaire, comme les films et les séries. Dans un premier temps, nous nous concentrerons principalement sur les jeux pour appareils mobiles. Nous sommes plus que jamais enthousiasmés par notre offre de films et de séries télévisées. Nous entrons dans une longue période d’investissements. Une croissance dans toutes nos catégories de contenu existantes, sachant qu’après dix ans dédiés à la la programmation originale, il était temps de savoir si le jeu était bon à développer», précise l’entreprise. Tout cela sans publicité ni micro-transactions, une bonne nouvelle pour les utilisateurs. Pour piloter cette section gaming, le groupe l’a joué safe en embauchant Mike Verdu au poste de vice-président du développement de jeux. Un vétéran de l’industrie, ancien vice-président principal ce la division mobile d’Electronic Art et vice-président du contenu VR/AR de Facebook. Un mercato plein de promesses, donc.

 

 

In gaming we trust

Ce lancement en grande pompe agit en trompe l’œil d’une réalité économique moins reluisante pour le groupe. En d’autres termes, il fallait diversifier ses sources de revenus sous peine d’être invisibilisé par ses concurrents. Lors de l’annonce en juillet dernier de ses résultats trimestriels, Netflix annonçait anticiper une faible croissance du nombre de ses abonnés lors du trimestre en cours, notamment face à une concurrence accrue et à la réouverture des salles de cinéma. Tout cela, il est important de le rappeler, après avoir connu une année de croissance folle portée par les confinements liés à la pandémie de Covid-19. Le géant de la vidéo à la demande annonçait donc qu’il anticipait 3,5 millions de nouveaux abonnés sur la période juillet-septembre, alors que le consensus à Wall Street ressortait à 5,5 millions.

Au cours du deuxième trimestre, Netflix avait enregistré l’arrivée de 1,54 million de clients supplémentaires, alors que sur la même période l’an dernier, la plateforme avait accueilli 10,1 millions de nouveaux abonnés. Résultat des courses, son action avait reculé de 1,6% dans les échanges après la clôture à Wall Street. « Netflix semble avoir atteint la saturation de son marché aux Etats-Unis », assène Eric Haggstrom, Senior Analyst chez Insider Intelligence et eMarketer. Avant de poursuivre : « De nouvelles sources de revenus comme les produits dérivés et de potentielles expérimentations futures comme des sorties en salle, des podcasts et des jeux vidéo pourraient apporter de la croissance, mais le succès dans ces domaines est loin d’être assuré ». The game is… maybe on, but we’ll have to wait to be sure.

 

 

 

En résumé

Netflix a dévoilé récemment sa toute nouvelle section gaming, une manière de faire ses premiers pas dans le marché très lucratif  des jeux vidéos tout en continuant à diversifier ses sources de revenus. De quoi distancer ses concurrents ?

Sacha Montagut

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia