29 septembre 2010

Temps de lecture : 1 min

Music-hall de gare

Mais qu’ont donc les publicitaires avec les gares? Après la pub T-Mobile où la marque allemande de téléphone organisait un flash-mob dans une gare, voici le music hall de gare revu par Voyages-SNCF.com, gare de l’Est. Par Patrice Duchemin...

Dans un subtil mélange de jeux d’acteurs et de naturel feint, on découvre ainsi Sylvie, fan de hard-rock interpellée (le mot n’est sans doute pas assez fort) par un groupe de Heavy Metal alors qu’elle s’apprête à prendre son train pour Metz ou Charleville Mézière, Jade (5 ans) et Jenna (18 mois) soudainement encerclées par une bande de clowns en furie… deux futures traumatisées… Puis, Gabrielle, romantique, donc fan de chanteur à voix chaude et à piano devant lequel elle ne tarde pas à se trouver nez à nez, Fabien le célibataire sur lequel s’agrège un nuage de vierges enamourées. Et enfin, comble de l’horreur, une bande d’adeptes de kung-fu, les noirs contre les oranges, lancée à toute vapeur pour amuser Aurélien, leur «maître» qui n’en demandait sûrement pas tant…

«Plus loin que vous ne l’imaginez», signe le spot. Difficile, en effet, d’imaginer quelque chose de pire. Pas sûr non plus que la gare soit le meilleur lieu pour venir rappeler que le voyage peut être le lieu d’un transport émotionnel.  Effrayant de bons sentiments, terrorisant d’intrusion, débordant d’infantilisation, la dernière production de la SNCF vient nous rappeler qu’horreur et bonheur ne sont peut-être pas si éloignés.
Surtout lorsque l’on cherche toujours à «faire vivre des expériences» à ses clients et à vouloir repeindre le monde au karcher du «tout émotionnel»…

Patrice Duchemin  / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia