1 juillet 2015

Temps de lecture : 1 min

Merci pour ce moment

Le festival des Cannes Lions 2015 est fini. Avec lui, sa moisson de récompenses, de conférences de stars et moins stars, d'annonces, de rencontres, de fêtes.. Des gens heureux, des gens déçus.. Bref la même chose chaque année. Souvent aussi l'impression que la com n'est bonne qu'à vendre des beaux produits. Et puis de temps en temps, quelques moments de grâce arrivent qui nous font dire que la pub peut servir à de belles choses. Qu'elle peut aider à changer le regard de la société sur des comportements. Et ça fait beaucoup de bien.

Le festival des Cannes Lions 2015 est fini. Avec lui, sa moisson de récompenses, de conférences de stars et moins stars, d’annonces, de rencontres, de fêtes.. Des gens heureux, des gens déçus.. Bref la même chose chaque année. Souvent aussi l’impression que la com n’est bonne qu’à vendre des beaux produits. Et puis de temps en temps, quelques moments de grâce arrivent qui nous font dire que la pub peut servir à de belles choses. Qu’elle peut aider à changer le regard de la société sur des comportements. Et ça fait beaucoup de bien.

Tout le monde connaît la campagne « Like A girl » de Always et Procter & Gamble qui a accumulé les prix à tous les festivals, et a encore raflé les récompenses à Cannes, et qui s’attaque aux stéréotype de genre largement répandus, selon lequel la féminité serait synonyme de faiblesse et de fragilité.

Mais cette année le véritable instant de grâce est celui qu’offre Magnum (groupe Unilever) qui, pour illustrer sa vision du plaisir ultime -c’est à dire la liberté- a choisi de mettre en avant des… travestis dont William Bell, actrice, mannequin et Youtuber à succès. Sur la reprise de Umbrella, l’un des tubes de Rihanna, le film -récompensé par un Or dans la catégorie- montre comment ces hommes restent fidèles à eux-mêmes et ne ne soucient pas des attentes et des regards de la société. Courageux pour une marque de glaces.

Le sujet était difficile à traiter. En ces temps où l’intolérance et la haine de l’autre nous menacent, toutes les actions engagées de ce type méritent qu’on les soutienne…

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia