23 octobre 2019

Temps de lecture : 3 min

Marque employeur : comment toucher une cible jeune et engagée ?

Dans un univers entrepreneurial mouvant, parce que le management se veut plus horizontal et que les problématiques de RSE sont au menu de la plupart des réformes d’entreprises, replacer l’humain au coeur des stratégies de développement semble être une base essentielle. Dans sa première prise de parole « marque employeur », Natixis nous fait la démonstration concrète de ce qu’humain et engagement ont à faire ensemble en entreprise.

Dans un univers entrepreneurial mouvant, parce que le management se veut plus horizontal et que les problématiques de RSE sont au menu de la plupart des réformes d’entreprises, replacer l’humain au coeur des stratégies de développement semble être une base essentielle. Dans sa première prise de parole « marque employeur », Natixis nous fait la démonstration concrète de ce qu’humain et engagement ont à faire ensemble en entreprise.

En 2019, image de marque et réputation ne vont pas sans engagement. On parle d’entrepreneuriat, de RSE, d’éthique et d’humain à tout bout de champs. Les consommateurs se veulent acteurs du changement, et attendent des entreprises de s’investir tout autant. Un changement qui requiert une ré-organisation des entreprises tant sur le plan économique que salarial.  En externe, on attend que la prise en compte des problématiques environnementales urgentes soient intégrées au business plan. En interne, le management horizontal, le décloisonnement, la diversité sont autant de valeurs qui se veulent clés.

Pour rappel, 76% des professionnels déclarent être convaincus que les freelances sont plus heureux que les employés traditionnels. Aussi, selon l’étude Meaningful Brands 2019, 77% des marques pourraient disparaître dans l’indifférence quasi générale. Pour finir sur le topo chiffré du climat global, 64% des Français estiment que les entreprises ne sont pas assez engagées. Les retombées sont sans appel : engagement et humain sont de rigueur. Alors pour communiquer, la marque employeur est un enjeu de taille. Un moyen de valoriser son image auprès de potentiels futurs collaborateurs.

Natixis, banque de financement, de gestion et de services financiers (groupe BPCE) l’a bien compris. Alors qu’elle prévoit 50 % de moins de 30 ans parmi ses effectifs d’ici à fin 2020 (vs 40% aujourd’hui), elle collabore avec l’Agence de Contenu (AdC) et propose une campagne plaçant ses employés au coeur de son ADN. « Il existe une désaffection des millennials pour l’entreprise en général, les marques doivent donc revoir leur stratégie de contenu et parler plus justement aux jeunes. À la condition toutefois de ne pas les duper mais de réfléchir à une vraie stratégie et d’utiliser les codes journalistiques », explique Ava Eschwege, fondatrice de AdC, l’Agence de Contenu.

Milles visage pour nourrir une entreprise

Pour accompagner cet enjeu de recrutement ciblé et donner vie à sa promesse employeur, rien de tel qu’un tour dans les coulisses de l’entreprise. Pour ce faire, l’agence ADC a imaginé une série d’interviews brossant le portrait de l’entreprise à la force des mots et profils de ses employés. Filmés au bureau comme à l’extérieur l’idée est alors pour la marque de démontrer à quel point la particularité de chacun apporte de la valeur et de la matière à la consolidation de l’ADN Natixis. Des singularités qui se rassemblent autour de principes forts comme le dépassement de soi, largement promu au sein de l’entreprise. « Parce qu’on ne raconte pas n’importe quoi aux jeunes, nous avons axé le contenu sur des témoignages, sincères et volontaires. Ce ne sont pas des  interviews télécommandées. On est davantage sur un mode reportage », poursuit Ava Eschwege.

Du vrai, du réaliste, s’il vous plaît

Collaboration, relations humaines sont donc portées en étendard. Soucieuse de cerner au mieux les attentes de ses salariés en place et à venir, l’entreprise décide même en début d’année de mener une série de focus groupes auprès d‘un échantillon de jeunes diplômés. Les retours sont parlants : les jeunes sont principalement motivés quand la relation humaine prime, quand ils collaborent ensemble sur un projet, quand la transparence et surtout la vérité entrent en considération dans leurs choix de vie et de recherche d’emplois. Parce que les jeunes sont également très réalistes et ne tolèrent absolument pas le mensonge.

« Avec ces portraits, nous voulons ouvrir les portes de Natixis et montrer quel est le quotidien de ces jeunes générations chez nous. Natixis, c’est aussi et encore une organisation qui est en train de se construire et ça donne la possibilité de vraiment avoir un rôle à jouer et de faire bouger les choses », souligne Anne Lebel, DRH de Natixis.

Finance verte, BIG DATA, solidarité internationale ou sport : qu’il s’agisse d’Amandine, d’Anne-Claire, de Florian ou d’Antoine, chacun à sa manière est engagé, a de l’impact et s’accomplit au travail comme dans sa vie privée. Ce premier volet qui promet de ne travestir aucune réalité prévoit déjà une suite, à l’international à découvrir d’ici peu.

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia