10 mars 2010

Temps de lecture : 2 min

Marion Cotillard : un nouveau modèle de féminité

Marion Cotillard est une énigme. Elle avance sur le chemin de la gloire quasiment irrésistiblement mais n'en est pas moins mystérieuse en ce qu'elle réinterprète la figure de la brune de manière assez inédite. Par Thomas Jamet...

Dans la symbolique de toutes les civilisations, les cheveux ont une importance et une forte charge mythologique (le mythe de Samson et Dalila, le scalp des indiens, les cheveux longs des rois celtes…). La couleur des cheveux a elle aussi une signification très précise, surtout chez les personnages féminins de tous les mythes, contes et légendes.

Traditionnellement la femme blonde est l’image de la mère, de l’épouse, voire de la Sainte, notamment dans l’iconographie religieuse. La Vierge Marie, drapée de vertu, est par exemple plutôt représentée comme une femme blonde, une mère aimante tandis que le côté solaire de ses cheveux rappelle celui de la puissance de la reine. Les légendes Arthuriennes sont très parlantes à cet égard et reflètent parfaitement les mythes de la culture occidentale : la fée Viviane (la Dame du Lac), personnage éthéré, d’une grande vertu et d’une grande fidélité envers Arthur, est plutôt représentée par les différentes incarnations de fictions comme un personnage blond. Guenièvre, femme adultère et amante de Lancelot est quant à elle brune, intrigante et passionnée. Morgane la magicienne est quant à elle rousse. Une trilogie qui respecte les légendes : la femme brune représentant plus souvent en effet la maîtresse, l’aventurière, la blonde l’épouse ou la sainte, et la femme rousse l’étrangeté et la sorcière (lire ici).

L’actrice française Marion Cotillard est bien brune. Mais à plein d’égards elle est une blonde brune. Sa personnalité, sa fraîcheur (sa naïveté diront certains), et les rôles qu’elle se choisit oscillent entre gravité et gracilité, sans jamais vraiment tomber dans la séduction purement sexuelle qui reste plutôt l’apanage de brunes fatales comme Monica Bellucci ou Megan Fox. A cet égard, Marion Cotillard joue plus dans la cour des blondes. Elle infuse une sensualité extrêmement palpable tout en laissant la place à la légèreté et à l’innocence avec une certaine grâce. Une hybridation particulièrement intéressante qui explique certainement en partie son succès.

Le monde du luxe ne s’est d’ailleurs pas trompé en capitalisant sur cette réinterprétation du modèle de la femme brune par une personnalité si polymorphe et paradoxale. Il est passionnant de voir ce que Dior est en train de créer avec Marion Cotillard : tour à tour Lady Noire, Lady Rouge, Lady Blue… et récemment en homme et en femme dans le clip de « The Eyes Of March » écrit par Franz Ferdinand pour Dior, qui vient d’être mis en ligne tout récemment sur le site de la marque.

Une saga passionnante qu’il faut mettre en relation avec le contenu généré par une autre grande maison : Chanel, qui travaille une piste toute différente avec la blonde Vanessa Paradis, personnage tout aussi complexe et porteur mais plus lisible et « classique ». Vanessa Paradis incarne la blondeur dans son côté éthéré, évanescent voire enfantin et moins dans le réel qu’une Marion Cotillard reflétant à la fois l’humus et le rêve, réconciliant l’aristocratie et la pop, la girl next door et la reine. A cet égard Marion Cotillard impose sans doute un nouveau modèle de féminité.

Thomas Jamet – Moxie – Président (Groupe ZenithOptimedia – Publicis Groupe)
www.twitter.com/tomnever

Le clip de « The Eyes Of March » écrit par Franz Ferdinand pour Dior

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia