6 novembre 2013

Temps de lecture : 2 min

Mama Shelter ouvre ses portes à Bordeaux

Après Paris, Lyon, Marseille et Istanbul, c’est au tour de Bordeaux d’accueillir un Mama Shelter, la nouvelle marque d’hôtellerie qui casse les codes. Imaginé par la famille Trigano (Serge, Benjamin, Jérémie) et Philippe Starck, le concept fait la part belle aux notions d’hospitalité et d’innovation pour créer un lieu de vie à l’atmosphère unique.

Si les concepteurs du Mama Shelter avaient choisi pour Paris, Lyon et Marseille un emplacement dans des quartiers en devenir, à Bordeaux, c’est le centre historique de la ville qui a été privilégié. Le choix s’est donc porté sur un bâtiment des années 30 situé sur la place Saint Cristoly, ancienne tour EDF-GDF, patrimoine immobilier du XXè siècle. Du haut de ses 47 mètres, l’édifice offre une expérience peu commune, bien loin de la simple résidence hôtelière. « Mama Shelter, c’est la liberté, la rencontre, l’intelligence, la construction, la sensualité… abordable à tous, trans-social, trans-ethnique, trans-culturel. Mama est une diagonale dont Bordeaux sera l’échiquier » explique Philippe Starck.

Une expérience à tous les niveaux

Une fois à l’intérieur, on retrouve la même théâtralisation, ludique et euphorique, que dans les autres hôtels. Au rez-de-chaussée, conçu comme une vaste agora, se succèdent dans un joyeux mélange une boutique décalée, un babyfoot géant et une scène « live » composée d’instruments de musique du monde entier.  Avec Jérôme Banctel et Alain Sanderes aux commandes, des tables d’hôtes éclairées par des boutées lumineuses donnent une dimension onirique à l’espace.

La réception, le restaurant, les bars (dont un bar à vins), la pizzeria et le show-kitchen forment un espace ouvert où peuvent se réunir ou se retrouver pêle-mêle les touristes, les clients de l’hôtel, les habitants, les salariés du quartier, les bobos et les people. Au sous-sol, pour ceux qui souhaitent prolonger l’expérience de convivialité, un Mama’s Ping-Pong Club est à leur disposition.

Les 97 chambres (de 49€ à 119€), ultra-connectées, à la literie 5 étoiles, au décor relevé par des codes, des couleurs, des matériaux devenus identitaires (moquette imprimée, masques cartoons, jeux de miroir, têtes de lit lumineuses) se répartissent sur cinq étages. Pour ce cinquième opus, les uniformes ont été repensés, conçus comme une pièce unique par Andrea Crews pour Mama Shelter. Deux salles de travail (prénommés Ateliers) dont l’une propose une vue panoramique imprenable sur la ville, complètent l’offre du Mama Shelter de Bordeaux.

Des projets à venir

Les concepteurs prennent leur temps pour choisir les emplacements (5 en 5 ans). Chaque ouverture est un succès, devenant très vite, un lieu tendance. D’ailleurs, le bouche-à-oreille off et online est très actif (Facebook, Instagram, Pinterest) et contribue à la réussite de la chaîne.

Après la Turquie, Los Angeles devrait avoir son Mama Shelter dès 2014, alors qu’Euralille en France devrait accueillir le sien très prochainement (avec un concept qui s’articulera, emplacement oblige, autour d’un mix shopping/tourisme/restaurant gastronomique totalement nouveau). Les premiers travaux devraient démarrer en 2015 pour une expérience qui devrait être (à nouveau) surprenante.

Anika Michalowska

  

 

  

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia