8 septembre 2010

Temps de lecture : 1 min

Le mal extérieur

Perché sur sa branche, vêtu d’une improbable combinaison en caoutchouc jaune, il observe un couple lambda en train de se payer une bonne tranche de pain beurré au pied d’un arbre. C’est le cholestérol. Le danger qui rôde autour de nos assiettes et de nos consciences, l’ennemi du bien manger»: «Le cholestérol, il connaît bien vos petites faiblesses et il adore vous voir craquer». Par Patrice Duchemin...

La marque Primèvere s’est donnée pour mission de le réduire à néant. Pour preuve, sitôt la boite de «faux beurre» posée sur la table, voilà notre bonhomme jaune tombant de son arbre, abattu par les omégas 3  bons pour le cœur». «Primevère, mauvaise nouvelle pour le cholestérol», nous annonce la voix-off.

A quelques spots de là, on peut voir une pub pour un médicament contre le mal de tête incarné lui aussi par un homme baudruche noir qui se désagrège et, un peu loin, une autre contre la constipation où une femme prisonnière d’une corde enroulée autour d’elle finit par s’en libérer. Que nous disent toutes ces images? Que le mal, menace qui rôde et nous encercle, est extériorisé. Comprenez: nous sommes les victimes et non les responsables de ce qui nous arrive. On se sent tout de suite plus légers. Mais aussi que les marques savent nous offrir des produits aux effets si spectaculaires que nous sommes les premiers spectateurs de notre mutation.

Combattre un mal extérieur et menaçant par des remèdes aux effets spectaculaires, voilà une belle métaphore pour nos hommes politiques.

Pour voir la publicité Primevère cliquez ici

Patrice Duchemin  / Planning & Tendances
Réagissez sur redaction@influencia.net

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia