17 octobre 2016

Temps de lecture : 3 min

Un magasin peut-il se substituer à un bureau de vote ?

Une fois encore aller voter à l'élection présidentielle constituera un chemin de croix pour des millions d'Américains, le 8 novembre prochain. Le problème concerne majoritairement les classes sociales défavorisées et les minorités ethniques. Un opérateur de téléphonie mobile a décidé d'agir pour apporter une solution à cette injustice. Où est le coup marketing, où est la sincérité ? On s'en moque un peu, en fait. L'initiative est utile, c'est ce qui ce compte.

Une fois encore aller voter à l’élection présidentielle constituera un chemin de croix pour des millions d’Américains, le 8 novembre prochain. Le problème concerne majoritairement les classes sociales défavorisées et les minorités ethniques. Un opérateur de téléphonie mobile a décidé d’agir pour apporter une solution à cette injustice. Où est le coup marketing, où est la sincérité ? On s’en moque un peu, en fait. L’initiative est utile, c’est ce qui ce compte.

N’en déplaise à Donald Trump, dont la boulette sur le jour de l’élection a bien fait marrer les talks show américains, c’est bien le 8 novembre que les Etats-Unis éliront leur prochain chef d’Etat. Comme avant chaque scrutin présidentiel chez l’Oncle Sam, le problème de l’accès au vote pour les bas revenus et les minorités éthiques fait l’objet de rapports, de campagnes de sensibilisation -souvent soutenues par des stars du show business et du sport- et de centaines d’heures de débat. Outre-Atlantique, le malaise est endémique. Il y a quatre ans, 10 millions d’Américains avaient dû faire la queue pendant des heures pour voter et tous n’y sont pas parvenus. En collaboration avec 180LA, la chaîne nationale de téléphonie mobile, Boost Mobile, apporte la preuve que les marques et leurs agences ne se contentent plus de mettre du sens dans leurs messages, elles agissent aussi concrètement pour impacter la vie des citoyens.

Avec sa campagne Boost Your Voice, l’entreprise va transformer ses boutiques en bureau de vote. Grâce à des employés qui, bénévolement, vont assurer l’accueil des citoyens et le bon fonctionnement du vote. L’opérateur fondé en 2000 en Australie et qui aux Etats-Unis appartient à Sprint Corporation a, en effet, proposé ses services à 817 comtés. L’ambition vous l’aurez compris est très simple : permettre à plusieurs centaines de milliers de votants potentiels d’exprimer leur choix le 8 novembre prochain. C’est la première fois dans l’auto-proclamée plus grande démocratie du monde qu’une marque fait de ses devantures un espace officiel de vote.

Vu la popularité de Donald Trump chez les Afro-Américians et les Latinos, le candidat républicain doit espérer que cette campagne fasse un flop. Pour l’instant l’offre de Boost Mobile ne séduit pas les autorités, et la semaine passée, seuls 4 comtés avaient donné leur aval pour prendre part à la campagne, dont trois en Californie du sud (Orange, Riverside et San Diego). Avec son spot de 90 secondes « Boost Your Voice-Equal Access for All », elle espère propager sa bonne parole -qui reste marketing ne nous détrompons pas- et convaincre de l’utilité de son initiative. Une pétition est même ouverte sur change.org, c’est dire.

Les électeurs doivent voter

« Il s’agit avec cette campagne de permettre à chaque citoyen de donner sa voix au candidat qu’il a choisi, alors que les dernières élections ont révélé un grave problème d’accessibilité aux bureaux de vote pour les minorités ethniques et les classes sociales les plus pauvres », commente William Gelner, CCO de l’agence de Santa Monica, avec laquelle INfluencia avait longuement discuté de la créativité « made in Los Angeles », en juin 2015. Pour documenter les propos du directeur créatif de 180LA, nous citerons un rapport publié en 2014 par Brennan Center for Justice. Il mettait en exergue l’injustice sociale et ethnique dans l’accès aux ressources électorales.

« Ces obstacles au vote pour des millions de gens constituent un réel problème. Nous pensons que chaque personne mérite de pouvoir voter et espérons apporter une solution », assure le directeur marketing de Boost Mobile, Peiti Feng. Pourtant, lancé aux Etats-Unis pour au départ viser le marché des ados et des jeunes adultes, l’opérateur n’est pas franchement connu pour son altruisme social. Entre vedettes du R&B, du rap et un partenariat avec le championnat automobile de Nascar, le marque était, jusque-là, restée dans du classique sans aucune valeur ajoutée sociétale. Cette campagne est donc audacieuse à défaut d’être risquée puisque l’opérateur n’a rien à perdre.

Adler Benjamin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia