26 octobre 2016

Temps de lecture : 1 min

Lost in transformation

La transformation : rien à battre ? Le titre de la nouvelle revue INfluencia qui sort cette semaine est volontairement provocateur. Vous n’en avez pas assez, vous, d’entendre le mot transformation assaisonné à toutes les sauces ? Et surtout d’y voir accolé à chaque fois le mot digital ? Comme si cette fameuse transformation n’était qu’un problème de digitalisation ?

La transformation : rien à battre ? Le titre de la nouvelle revue INfluencia qui sort cette semaine est volontairement provocateur. Vous n’en avez pas assez, vous, d’entendre le mot transformation assaisonné à toutes les sauces ? Et surtout d’y voir accolé à chaque fois le mot digital ? Comme si cette fameuse transformation n’était qu’un problème de digitalisation ?

Alors nous avons eu envie d’y consacrer ce numéro 19 et de nous interroger : et si transformer, ce n’était pas aussi -et peut-être surtout- une question de volonté et de changement d’état d’esprit des dirigeants mais aussi des salariés et de tous les citoyens ? S’il s’agissait d’ailleurs plus d’évolution et d’acculturation ? Si la transformation était aussi philosophique et humaine ? Avec toutes les conséquences morales que cela induit. « Il n’y a qu’une seule partie de l’univers que nous pouvons changer d’une façon certaine : soi-même », affirmait Aldous Huxley. L’homme n’est-il pas finalement lui-même le « grand transformateur » ?

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia