15 février 2012

Temps de lecture : 2 min

La Lin-sanity, modèle unique de brand building

Comment construire une marque de 11 millions d’euros en dix jours? Demandez à Jeremy Lin, la nouvelle sensation marketing du championnat professionnel nord-américain de basket. Le diplômé de Harvard est devenu un produit historiquement vendeur.

Quand le prestigieux  Forbes s’intéresse à des joueurs de la NBA, en général ils occupent déjà le haut de la scène depuis quelques années et ont amassé une petite centaine de millions de dollars. Pourtant, avec 500 000 euros de salaire (une misère dans cette ligue au salaire moyen annuel de 3,5 millions) et une seule année de contrat en poche, Jeremy Lin (23 ans), encore sans club le soir de Noël, s’est fait une place dans le gratin des étoiles du sport américain. En dix jours et cinq matches à peine, c’est du jamais vu!

Inconnu du grand public, il y a encore deux semaines et même des vigiles de la salle des New-York Knicks, son club, Lin, d’origine taiwanaise est le héros d’un conte de fée sportif, dont même Michael Jordan ne peut se targuer: au moins 20 points et 7 passes décisives sur ses cinq premières titularisations en NBA, et surtout des actions décisives qui laissent son équipe invaincue depuis qu’il mène la barque.

Avec son histoire et sa personnalité, l’ancien élève d’Harvard, université plus connue pour façonner des locataires de la Maison Blanche, a réalisé la plus fulgurante croissance économique de l’histoire de la NBA.

En cinq rencontres, son nom s’est mué en une marque estimée à 11 millions d’euros, soit autant que la méga star de Los Angeles Kobe Bryant. Une première mondiale symbole de la puissance marketing des media et réseaux sociaux dans le brand building.

Depuis son premier match le 4 février, les maillots se vendent par centaines de milliers. Son nom a été mentionné plus de 140 000 fois sur les réseaux sociaux selon Topsy.com. Il a 20 000 suiveurs sur Twitter et 800 000 sur le Chinois Weibo . Les taux d’audience sur la chaîne câblée détentrice des droits des Knicks ont augmenté de 70% et la valeur boursière de MSG, propriétaire du club, a gagné 105 millions. Enfin, Nike, qui a eu le nez creux de le signer, s’apprête à lancer un modèle à son nom, l’Hyperfuse 2011 Linsanity PE (voir photo).

Cette folie marketing n’est qu’à l’aune de son potentiel, avec le marché chinois en ligne de mire quelques mois après la retraite sportive de l’ancienne icône Yao Ming. La «Lin-sanity» ? Un modèle de brand building sans équivalent. Les stratèges de marketing sportif ont désormais un beau cas d’école sur lequel plancher.

Benjamin Adler

Infographie Basketusa.com

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia