3 juin 2014

Temps de lecture : 3 min

Lick : la première chaîne de magasins au monde dédiée aux objets connectés

Les objets connectés ont désormais leurs points de vente ! Lick, un réseau dédié uniquement à ces produits vient de voir le jour. C'est une première et elle est française ! Précisions par son fondateur Stéphane Bohbot...

Faites-vous partie des quelque 75 % de Français qui ont entendu parler des objets connectés et des 61 % (enquête Ifop) qui en comprennent clairement le concept ? Alors, dès le 5 juin, rendez-vous au centre commercial Quatre Temps à La Défense à la boutique Lick, premier concept store entièrement dédié aux objets connectés. Et si vous ignorez encore ce qu’un objet connecté peut vous apporter dans votre vie quotidienne, c’est l’endroit où vous aurez toutes les réponses.

Sur 200 m2, le flagship de Lick, premier réseau mondial de magasins dédiés aux objets connectés, présentera dans un premier temps, une sélection d’une cinquantaine de références, parmi les plus tendance et innovantes du moment, dont les prix vont de 9,90€ à quelques centaines d’euros. « Le nombre d’objets connectés augmente tous les jours tant l’innovation est grande dans ce domaine et d’ici à fin 2014, nous pensons avoir dans nos rayons, de 200 à 300 objets connectés fabriqués par les plus grands constructeurs tels Sony, Samsung, LG, Huawei… mais nous ferons aussi la part belle aux produits issus de la créativité des start-up françaises et internationales », explique Stéphane Bohbot, président et directeur général du groupe Innov8  (groupe télécom spécialisé dans la conception, le développement et la distribution de produits et services télécom à forte valeur ajoutée), fondateur de Lick. « Notre ambition en créant cet espace de vente de référence des objets connectés est d’aider au développement de ce nouveau segment et de répondre aux nouveaux besoins en matière de produits télécoms design, high-tech et innovants. Ce marché, pourtant en pleine expansion manquait de canal de distribution adapté à ces nouveaux métiers. Nous voulons ainsi assurer aux acteurs majeurs mais aussi aux start-up innovantes du secteurs des débouchés pour l’ensemble de leurs produits ». C’est ainsi que Lick a accompagné la start-up française MEG dans l’élaboration d’un vase à fleurs connecté (en vente dans le concept store) et la création d’un éco-système favorisant la démarche commerciale et la rencontre avec le public.

8 objets connectés pour chaque Français

L’Idate prévoit que ce marché devrait attendre 80 milliards d’objets connectés dans le monde à horizon 2020 et connaître une croissance de + 41 % part an. Les experts pensent que, dans trois ans, chaque Français disposera de 8 objets connectés. Le marché devrait passer de 64 M€ en 2013 à 150M€ en 2014, pour atteindre 400 M€ en 2015.Tous les secteurs de la vie quotidienne sont concernés : la santé et le bien-être (balance connectée, brosse à dent intelligente…), le sport (capteurs de mouvement, mesure des performances…), la mode (le sweatshirt connecté…), la maison (maison connectée, économie d’énergie, gestion des lumières, réfrigérateur intelligent…), les transports (automobile…) et bien sûr l’univers des jeux et des médias (réalité augmentée…). « Globalement, je ne vois pas de limite à ces produits qui vont amplifier le quotidien de nos clients et leur simplifier la vie » souligne Stéphane Bohbot. D’autant que l’équipement en smartphone atteint déjà les 70 % dans notre pays.

Favoriser l’expérience client

Au-delà de l’originalité de l’offre produits, l’innovation Lick résidera dans l’expérience consommateurs. « Nous voulons créer une véritable communauté Lick, avec le lancement d’une plateforme collaborative sur laquelle les consommateurs pourront sélectionner les produits proposés par Lick et plébisciter ceux qui les intéressent, ainsi qu’échanger avec les constructeurs et les inventeurs dans une optique de co-création des objets connectés de demain , fait remarquer Stéphane Bohbot. Chez Lick, on ne parle pas de vendeurs mais de Community Coaches ».

Leur mission : accompagner le client, lui faire connaître et essayer les produits. En boutique, ils portent des vêtements connectés sur lesquels il est possible de flasher un QR code pour rejoindre la communauté Lick, accéder à l’espace de vote en ligne, à des tutoriels et à des conseils. Des démonstrations quotidiennes permettront de donner une nouvelle expérience numérique aux clients. Un Community Helper officiant dans un espace « Seconde vie », réparera les objets connectés des clients sur place. « Nous serons les premiers à installer des Cyber Coach (robots de téléprésence avec écran) qui permettront à des experts hors les murs (à New York, par exemple), de dialoguer avec nos clients en boutique » fait-il remarquer. « On est dans le retail 2.0 ».

Un déploiement rapide

Après avoir lancé trois boutiques test en région parisienne et le flagship de La Défense dont le concept de design global a été réalisé par l’agence Workshop, Stéphane Bohbot compte ouvrir un magasin par semaine à Paris, dans la région parisienne et en province. Innov8 a, dans ce but, racheté à Phone House, 17 de ses plus beaux emplacements. Et déjà, il regarde vers l’international, « nous avons beaucoup de sollicitations en provenance des Etats-Unis et de Hong-Kong » précise celui, qui à 39 ans a plus d’une aventure entrepreneuriales à son actif. A 23 ans, il avait en effet déjà créé Digiplug et inventé le premier logiciel de téléchargement de sonneries pour téléphones portables…

Et au fait, pourquoi Lick ? Stéphane Bohbot explique : « C’est la combinaison de 2 mots importants pour nous, LOVE et CLICK. C’est aussi une référence à Steve Jobs, qui dans une interview avait dit : « We made the buttons on the screen look so good you want to lick them ». Tout est dit…

Anika Michalowska
Rubrique réalisée en partenariat avec Publicis ETO

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia