17 octobre 2014

Temps de lecture : 2 min

Let’s bike it : l’opération qui fait vraiment réfléchir…

A Riga en Lettonie, des cyclistes roulent en ville sur des vélos customisés et aussi envahissants qu’une voiture. Démontrant par l’absurde tout le gâchis en termes de fluidité, d’écologie, d’économie et de confort. Une opération spectaculaire soutenue par l’association russe Let’s bike it.

A Riga en Lettonie, des cyclistes roulent en ville sur des vélos customisés et aussi envahissants qu’une voiture. Démontrant par l’absurde tout le gâchis en termes de fluidité, d’écologie, d’économie et de confort. Une opération intelligente soutenue par l’association russe Let’s bike it.

Comment résoudre des problèmes de circulation, d’embouteillages et donc de pollution inhérents à n’importe quelle ville de la plus grande capitale à la plus modeste bourgade ? Tout simplement en utilisant la bicyclette, selon Let’s bike it. Joignant la parole à l’acte, l’association russe en fait la démonstration par tous les moyens, le plus souvent possible, partout en Russie ou en Europe, très sérieusement mais toujours avec le sourire. Histoire d’attirer le plus grand nombre à sa cause. Comme en témoigne sa dernière passe d’arme repérée à Riga et qui ne manque ni d’ingéniosité ni d’humour.

Chaque personne vêtue comme « pour aller travailler » roule bien sur un vélo mais celui-ci est encombré d’une structure métallique évidée de la taille d’une voiture. Devenant d’un coup aussi envahissant et grotesque qu’un 4 roues à l’heure de pointe, tout en démontrant par le jeu de la transparence les avantages perdus d’un deux roues en termes d’espace, de fluidité et forcément de respect de l’environnement. Simple, évident et spectaculaire!

La véloculture : principe de confort personnel et d’urbanité responsable

Avec cette opération militante et bon enfant, Let’s bike it nourrit sa feuille de route lancée en avril 2010 à l’initiative de Vladimir Kum. Celle-ci a commencé par un grand tour à vélo en Europe pour collecter images, vidéos et discussions sur les différents systèmes adoptés pour ensuite les partager avec ses compatriotes. Une initiative qui a reçu le soutien de marques et d’institutions comme les universités. Alors très vite, son objectif de départ qui était la promotion du vélo comme moyen de transport urbain, durable et confortable en Russie, a pris de l’ampleur. D’une part en partageant sur son site les contributions des cyclistes des 4 coins du monde qui témoignent sur les initiatives de leur pays et qui peuvent être sources d’inspiration. D’autre part en incitant les Russes à se mobiliser autour de ce projet écolo-économico-sociétal grâce à des réunions d’informations et des événements locaux, montés par l’équipe et les bénévoles. Comme cette tournée pédagogique du 10 au 30 octobre, menée également dans une huitaine de villes russes.

Le combat de Let’s bike it est de longue haleine. Mais la véloculture rayonne tant et si bien que le ministère des Transports et le Centre du Trafic Routier ont co-organisé avec l’association, une Veloparad dans Moscou, lors de la Journée de la ville sans voiture, en septembre dernier. L’occasion de réclamer davantage de pistes cyclables et de sécurité sur les routes. Mais surtout de réunir des milliers de participants, fans d’une bicyclette synonyme de liberté… un peu comme celles chantées par Queen, Yves Montand ou Joe Dassin.

Florence Berthier

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia