19 novembre 2021

Temps de lecture : 1 min

Le 26 novembre, il n‘y a pas que la carte qui chauffe, le cœur aussi…

« Black Friday en avant-première : jusqu’à -40% ». « Black Friday : les offres à ne pas rater ». « Black Friday : sélection jusqu’à moins 50% » … Au vu de tous les mails reçus chaque heure dans nos boites aux lettres, pas possible d’ignorer l’arrivée prochaine de cette célèbre journée de prix plus bas que bas, inventée pour faire craquer consommateurs et consommatrices et leur faire acheter parfois des produits dont ils n’ont pas besoin…

Edito

Cependant le Black Friday est aujourd’hui de plus en plus critiqué, accusé de pousser à la surconsommation et de provoquer un accroissement de la pollution. De plus en plus de marques refusent désormais de participer à cette journée de ventes au rabais. Lancé en 2019, le mouvement  « Make Friday Green Again » rassemble désormais 1200 griffes de mode qui  s’engagent contre cette journée. Les retailers aussi sont de plus en plus nombreux à y renoncer, lui préférant une alternative plus durable ou profitant de l’événement pour lancer un événement à caractère social. C’est Decathlon par exemple qui organise un « Back Friday », avec réutilisation ou recyclage des produits. C’est Kiabi qui lance un « Good Friday » et offre 200.000 repas en France aux Restos du Cœur et 300 000 euros à différentes associations dans plusieurs autres pays, etc.

La bonne nouvelle est qu’autrefois attendu avec impatience, le Black Friday semble désormais être un peu en perte de vitesse. Seuls 41% de nos concitoyens, interrogés par l’ObSoCo*, déclarent envisager d’en profiter cette année, soit 16 points de moins qu’en 2019 et la part des Français se déclarant opposés au Black Friday a gagné six points depuis 2019.

Alors, si le monde d’après ressemble encore un peu trop à celui d’avant, quelques lueurs éclaircissent quand même le ciel de la consommation. Le Black Friday va-t-il changer un peu de couleur ? Il faut l’espérer.

 

 

* enquête réalisée en ligne par L’ObSoCo sur le panel de Respondi du 2 au 10 novembre 2021 auprès de 4000 personnes représentatif de la population de France métropolitaine âgée de18 à 75 ans.

Isabelle Musnik

À lire aussi sur le même thème

05/11/2021
« Expecto Patronum »*

« Me(sh)ta vu ça? »** (Pardon je n’ai pu résister…). Après Facebook – pardon Meta – la semaine dernière, c’est Microsoft qui…

29/10/2021
Meta vu ça ?*

Non, je ne parlerai pas de feu le roi Facebook et du nouveau roi Meta, tout le monde s’est déjà largement exprimé…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia