24 février 2010

Temps de lecture : 1 min

Mc Do se lance dans la télévision

Voici la toute dernière génération du Branded Entertainment : le « storytelling transmedia ». Mc Donald's se glisse plein schuss dans cette direction à l'occasion des JO d'hiver.

Voici la toute dernière génération du Branded Entertainment : le « storytelling transmedia ». Mc Donald’s se glisse plein schuss dans cette direction à l’occasion des JO d’hiver.

Le storytelling transmedia, kesako ? Pour les définitions, un brin érudites, cliqez  ici, ou mieux encore, là – Pour faire simple et rapide, un exemple, fondateur : celui de la franchise Matrix.

Dans Matrix, mieux que dans d’autres franchises hollywoodiennes, chaque support (films , animations, comics, jeux vidéo) dévoilait une partie d’un univers ultra-riche, et creusait un pan de l’histoire dans lequel les fans pouvaient s’immerger à l’envi.
Autrement dit, en transmedia – versus le « multi » – media, chaque « media » joue un rôle propre dans la construction d’un récit global, d’un « monde », d’une galaxie de personnages (logique prévalant dans les Alternate Reality Games, cf. le Why so serious lançant le dernier Batman).

 Et MC Do de franchir le pas avec une opération plus light mais très réussie, à l’occasion des JO d’hiver, baptisée « Dreaming in mono » :

Au cœur de l’histoire, une fiction TV de 60 minutes, drôle et bien troussée, découpée en sept épisodes, racontant (pour faire court) les exploits d’une équipe de skieurs d’Europe du Nord emmenée par un ex-champion de descente illuminé (et français, ce qui ne gâche rien), voulant prouver au monde que le monoski est bien « the real thing ».

Mais la série n’est que le point d’entrée du dispositif. En plus des épisodes diffusés sur 4 chaînes de télévision scandinaves, sur le web, dans les 465 restaurants MC Do d’Europe du Nord (750 000 visiteurs par jour!),  une plateforme dédiée offre la possibilité de se plonger dans l’univers « élargi » : un jeu vidéo de descente, des programmes centrés sur tel ou tel personnage, l’appli Iphone et les relais sociaux de rigueur, playlists, concours, sondages, et…des cours de monoski.

Aux autres exemples brandés actionnant le même principe narratif (Valemont ou Who Killed Summer), on préférera ce schéma illustrant les applications du Storytelling transmedia à la communication 360°. Pas de doute, Ronald sait y faire !

Vincent Balusseau

« The man with a dream », 1er épisode de  » Dreaming In Mono »

 

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia