5 octobre 2021

Temps de lecture : 3 min

La mode sera circulaire ou ne sera pas

Zalando, Le Printemps, Vestiaire Collective, Vinted, Système U, Auchan… De plus en plus de marques et d’enseignes proposent des vêtements de seconde main. Cette tendance est encore appelée à se développer dans les années à venir.

"Le 7ème ciel" est le nouvel espace au Printemps Haussmann dédié aux vêtements d'occasion

« Vous n’y pensez pas… » Pendant des décennies, l’idée même d’acheter des vêtements d’occasion semblait incongrue. Certains « trendsetters » fréquentaient les friperies pour débusquer des « trésors » afin de les remettre au goût du jour mais pour le commun des mortels, mettre des chemises, des pantalons ou des robes déjà portés ressemblait à une sorte de déclassement. Les marques de vêtements et les enseignes spécialisées nous encourageaient, il est vrai, à acheter toujours plus afin de suivre les tendances du moment et de rester « dans le coup ». De la consommation à la surconsommation, il n’y avait qu’un pas que de nombreux d’entre nous ont franchi sans l’ombre d’un remord mais le réchauffement climatique est depuis passé par là… Beaucoup souhaitent désormais réduire leur empreinte écologique. Acheter moins et mieux, éviter le gaspillage et limiter ses déchets. Redonner une seconde vie à des vêtements peu voire même pas portés s’inscrit dans cette tendance. La mode actuelle est à la circularité. Après avoir longtemps fait de la résistance, les marques commencent aujourd’hui à s’adapter à ce « nouveau monde » qui commence tout juste à apparaître.

Zalando  vient notamment de s’engager à prolonger la durée de vie d’au moins 50 millions d’articles de mode d’ici 2023. La stratégie de durabilité de la première plateforme de mode et de lifestyle en Europe, baptisée do.MORE, vise, ni plus ni moins, à « repenser intégralement chaque étape du cycle de vie d’un produit de manière holistique ». Rien de moins… Au stade de la conception des produits, Zalando collabore avec la Fondation Ellen MacArthur et la start-up berlinoise circular.fashion pour définir des critères de circularité applicables à l’ensemble du secteur. Dans le but de permettre des choix éclairés, Zalando a déployé la collection capsule « redeZIGN for circularity » pour sa sa marque privée ZIGN. Les 50 articles de cette ligne comportent tous un passeport produit numérique. Grâce à un QR code inscrit sur l’étiquette, les clients peuvent se rendre sur le site du produit pour savoir où celui-ci a été fabriqué, comment l’entretenir, le réparer et l’échanger avec Zalando.

A partir du 11 octobre, le groupe allemand va proposer à ses clients berlinois, via une plateforme numérique, des services d’entretien et de réparation pour les vêtements et les chaussures, par l’intermédiaire d’ateliers et de tailleurs locaux sélectionnés. Ce service sera prochainement disponible à Düsseldorf et d’autres villes devraient suivre dans un avenir proche. Il est également possible depuis le mois de septembre 2020 d’acheter des vêtements de seconde main sur Zalando. En un an, l’offre a été multipliée par 10, passant de 20.000 à plus de 200.000 articles. La plateforme vient enfin d’investir dans le groupe technologique de régénération des textiles, Infinited Fiber Company. Cette entreprise finlandaise a développé une technologie qui permet de fabriquer une nouvelle fibre textile circulaire de qualité supérieure à partir de déchets textiles. Sa dernière levée de fonds a attiré d’autres marques prestigieuses comme H&M, Adidas et Bestseller. En France, l’industriel Lemahieu a, lui aussi, créé une gamme de fils, baptisée Puure, réalisée à partir des chutes de ses ateliers.

L’intérêt subi de Zalando pour la seconde main n’est pas innocent. Cette plateforme s’inquiète en effet de l’essor de rivaux spécialisés dans la vente de vêtements usagés.

Au mois de mars, Vestiaire Collective est devenue une licorne après avoir levé 178 millions d’euros pour financer sa croissance stratosphérique. Fondé en 2009, le site français qui propose en ligne plus de 3 millions d’articles de luxe d’occasion doit aujourd’hui faire face à de nombreux concurrents tels Vinted ou Videdressing. Pour résister à l’essor de ces plateformes, les distributeurs traditionnels commencent, eux aussi, à transformer une partie de leur surface commerciale en friperie…

Le Printemps vient d’inaugurer au nouvel étage de son bâtiment Mode femmes un espace de 1300 m2, baptisé « Le 7ème Ciel » dédié à la mode circulaire, au vintage et à la seconde main . Les pros de la grande distribution ne sont pas en reste. Depuis le mois de septembre 2020, l’hypermarché Auchan de Meaux a ouvert le plus grand rayon de vêtements de seconde main en Ile-de-France.  Patatam, le spécialiste du textile d’occasion, a installé des corners dans des grandes surfaces de Système U . Carrefour s’est, lui, associé avec Cash Converters pour installer des shop-in-shop de 100m2 dans plusieurs de ses hypermarchés. Le circulaire commence enfin à se développer dans le monde de la mode. Mieux vaut tard que jamais…

Frédéric Thérin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia