19 octobre 2021

Temps de lecture : 1 min

La diversité cognitive au travail : un défi inclusif pour tous !

Mélodie Ardouin est à la tête de La Villa Bonne Nouvelle, espace de « CorpoWorking » au sein du Groupe Orange, qui réunit des projets portés par les collaborateurs Orange, des start-ups et des associations, autour des nouveaux modes de travail.
En parallèle, Mélodie a co-fondé en 2020 le collectif des Réseaux de Diversité Cognitive au Travail, dont la raison d’être est de promouvoir la valeur ajoutée de la diversité cognitive et ses bénéfices pour l’entreprise.
La diversité cognitive (ou neurodiversité) est un terme générique regroupant notamment le haut potentiel intellectuel (douance), mais aussi tous les «  dys » (dyslexie, dysplasie, dyscalculie…), les troubles du Déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDA(H)), l’hypersensibilité et Troubles du Spectre Autistique sans déficience intellectuelle Asperger).
La diversité cognitive concernerait une personne sur quatre  ou sur cinq (selon les études) : c’est à la fois énorme et peu connu. C’est une différence invisible, lié à un câblage neurologique différent dans le cerveau. Le premier collectif lié à la neurodiversité date de 2016 chez Airbus avec My Gifted Network, une dizaine sont nés (on peut citer HPI fonction publique par exemple). Le collectif qu’anime Mélodie s’engage en faveur de l’amélioration de la qualité de vie au travail des personnes concernées, et au service de l’amélioration de la performance de l’entreprise. C’est une approche gagnant/gagnant, et qui concerne des personnes issus de grands groupes comme Thales, SNCF, Sanofi, Airbus, Renault, EDF, Schneider Electric, Ubisoft, la MAIF… Le partage de bonnes pratiques se fait de pair à pair.
 

Isabelle Rouhan

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia