3 janvier 2022

Temps de lecture : 3 min

La « boîte noire » qui va témoigner de la chute de l’humanité

Clemenger BBDO et le collectif artistique Glue Society ont imaginé une boîte noire afin d’expliquer aux générations futures le désastre climatique à venir. Inspirée de l’aviation, elle permettra de stocker toutes nos connaissances sur le climat.

Vous connaissez forcement le principe de la « boîte noire », cet appareil caché dans la queue d’un avion qui enregistre toutes les données d’un vol, révèlent des informations et des axes d’enquête cruciaux pour déterminer les causes d’un accident aérien. Près de 90 % des accidents de ce type peuvent ainsi être expliqués grâce à elle. En 2022, c’est désormais la planète terre qui se verra doter de l’un de ces « enregistreurs de catastrophes ». Baptisé Earth’s Black Box – Boîte noire de la Terre, dans la langue de Cyril Dion –, ce projet est destiné à enregistrer minutieusement chaque étape de l’évolution de notre planète jusqu’à… sa disparition. Rassurant.

« À moins que nous ne transformions radicalement notre mode de vie, le changement climatique et d’autres périls causés par l’homme provoqueront l’effondrement de notre civilisation », peut-on lire sur le site web de l’opération.

Un bijoux technologique et esthétique

Ce projet, qui est le fruit d’une collaboration entre l’université de Tasmanie, l’agence Clemenger BBDO et un collectif artistique appelé Glue Society, devrait commencer à être construit au début de 2022. La boîte recueillera des mesures de température, des données sur l’acidification des océans, sur l’utilisation des terres, sur les dépenses militaires, sur la consommation d’énergie et sur la croissance de la population humaine. Elle récupérera également les titres des journaux, les messages sur les médias sociaux et les informations provenant des principales conférences sur le changement climatique entre chefs d’État.

La chambre forte alimentée par l’énergie solaire aura à peu près la longueur d’un bus scolaire et la forme d’un arrêt de trottoir renversé, et le tout sera enveloppé d’un acier de 7,5 centimètres d’épaisseur conçu pour résister aux catastrophes, tout comme la boîte noire d’un avion est construite pour résister à un impact. Et tout comme une boîte noire est rangée dans la partie la plus sûre d’un avion, la boîte noire de la Terre sera placée dans l’endroit le plus sûr de la planète, à savoir la Tasmanie, apparemment. Lorsqu’elle sera mise en ligne, cette caisse sera rempli de disques durs enregistrant et stockant des informations relatives au climat, rapporte ABC News Australia.

Le moment opportun

En tant qu’œuvre d’art, elle marque indéniablement les esprits. Les concepts arts nous montrent une structure anguleuse, recouverte de panneaux solaires et située sur un affleurement rocheux dans un désert reculé. Sa construction architecturale suggère un élément nouveau venu d’un autre monde, qui contrastera avec la roche altérée du paysage. Mais plutôt que par son esthétisme, cette installation devra avant tout s’affirmer par sa qualité d’observateur silencieux de son territoire, absorbant constamment des informations, afin de « fournir un compte rendu objectif et impartial des événements qui conduisent à la disparition de la planète, de tenir informées les générations futures et d’inspirer une action urgente », selon son site web. « L’idée est que si la Terre s’effondre à cause du changement climatique, cet appareil d’enregistrement indestructible sera là pour que ceux qui restent puissent en tirer des leçons », a déclaré Jim Curtis, directeur exécutif de la création chez Clemenger BBDO. « Il sert également à réclamer des comptes aux dirigeants et à s’assurer que leur action ou inaction est bien enregistrée ».

Si sa réelle utilité est une question en suspens, sa valeur immédiate est plus facile à évaluer. Bien que la construction du projet commence à peine, ses algorithmes sont déjà à l’œuvre dans un test bêta qui peut être observé sur le site web du projet. À tout moment, les données contenues dans la boîte noire de la Terre seront accessibles au public comme une capsule temporelle d’informations climatiques.

Mais surtout, elle nous parvient à un moment où la planète est en passe de connaître une augmentation de 2,7 degrés Celsius des températures mondiales par rapport aux niveaux préindustriels. Les calottes glaciaires se déstabilisent, l’eau douce se raréfie et un nombre record d’espèces disparaissent, selon de multiples études. Alors que certains pourraient considérer le projet comme un monument au pessimisme climatique, l’intention de cette boîte noire n’est pas simplement d’enregistrer notre malheur imminent, mais plutôt de nous aider à l’éviter, affirment ses créateurs. Et ce, même si elle ne peut que nous donner un coup de pouce dans la bonne direction.

 

Sacha Montagut

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia