1 février 2012

Temps de lecture : 1 min

Kibo, le robot du futur

Entre le Japon et l’intelligence artificielle, c’est une vieille histoire d’amour. Au Soleil levant le robot est roi. Quel autre pays enverrait dans l’espace un robot humanoïde pour accompagner ses astronautes? Bienvenue dans le projet expérimental Kibo!

Depuis juin 2011, le site Internet de ce projet participatif aussi fou que génial est en ligne. Il permet à chacun de commencer à connaître le robot du futur laboratoire expérimental nippon sur la Station spatiale internationale. Nom de code, Kibo. Caractéristique: un robot très humanisé de 30 à 40 cm conçu pour habiter et travailler avec les astronautes japonais de l’ISS. Sa mission? Améliorer leur communication avec le centre de contrôle et aider à une meilleure compréhension mutuelle entre le robot et l’être humain.

Prévu pour 2014, Kibo est aussi censé apporter à terme des solutions pour résoudre la solitude et le manque de communication dans nos sociétés modernes et urbaines pétries de célibataires. L’idée émane à la base de l’Agence japonaise pour l’exploration aérospatiale, qui a confié la mise en pratique à l’agence Dentsu, Robo Garage  et au Centre de recherche de sciences avancées et de technologies de l’université de Tokyo.

En se rendant sur le site du projet, le grand public se voit offrir l’opportunité de laisser via Twitter, des messages d’encouragement ou des questions que le robot transmettra ensuite aux astronautes. Le compte Twitter propose déjà des mises à jour régulières sur l’avancée des projets. Dans une société où la domination masculine est culturelle, il est intéressant de noter que Dentsu a choisi pour cela une figure féminine comme visage.

Avec une approche très humaine, Kibo espère vraiment se rendre proche et abordable pour le public japonais. Cette collaboration doit d’ailleurs poser les pierres des solutions aux problèmes sociaux graves comme la solitude, notamment chez les personnes âgées. La communication comme remède aux maux sociétaux, voilà l’ambition ultime de Kibo. On attend avec impatience de découvrir la curiosité japonaise de ce début d’année.

Benjamin Adler

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia