26 novembre 2014

Temps de lecture : 3 min

Justoclic : l’appli locale qui pourrait concurrencer la grande distribution

Une application pourrait donner aux commerçants et à leurs clients un service qui rééquilibre les rapports avec la grande distribution. Et qui ne serait pas que communautaire et géolocalisable. Intéressant, non ?

Une application pourrait donner aux commerçants et à leurs clients un service qui rééquilibre les rapports avec la grande distribution. Et qui ne serait pas que communautaire et géolocalisable. Intéressant, non ?

Un jour, Laurent Le Men, dirigeant de JustoFrance, en a eu ras le bol de voir son boulanger jeter tous les soirs ses invendus faute de pouvoir les écouler via une ristourne de dernière minute et de pouvoir alerter en temps réel ses clients potentiellement intéressés. Une problématique de gaspillage et de manque à gagner qui concerne tous les artisans des métiers de bouche tout autant que les hôteliers, les fleuristes, les directeurs de théâtre, les garagistes ou les coiffeurs… bref tous ces boutiquiers qui font que la vie en centre ville ou proche de chez soi est vivante et pratique. Mais qui souffrent de la concurrence de la grande distribution ou des gros groupes, du manque de moyens pour mener des campagnes de promotions commerciales ponctuelles et du renouvellement de leur clientèle.

Aider les commerçants de proximité à renforcer leur relation client autour du bon plan responsable

Alors n’écoutant que son âme de citoyen et de citadin et s’inspirant des démarches de commerce équitable pour le café et le cacao, l’entrepreneur a conçu Justoclic. Une application communautaire et géolocalisable pour smartphones qui aura pour ambition, dès le 1er décembre, de réunir commerçants et consommateurs autour d’une même idée : gaspiller le moins possible en se rendant service mutuellement, facilement et instantanément. Très innovante, cette solution digitale dépasse le pur intérêt individuel et se rapproche de celle déjà systématiquement mise en place, chaque soir, par le restaurant japonais Itsu à Londres et les épiceries des malls Ginza ou Seibu dans Tokyo. Ces enseignes proposent, en effet, 30 minutes avant leur fermeture, leurs plats ou produits alimentaires du jour à -50%, suscitant de longues files d’attente devant leur entrée.

Et, en effet, comme ces acteurs économiques nippons, Justoclic -gratuite pendant 3 mois puis disponible pour 1, 2O euro- contribuera bien à améliorer le quotidien et l’environnement du consommateur. Puisqu’elle lui permettra de lutter contre la malbouffe et la perte de pouvoir d’achat en accédant, près de chez lui, à des produits de bonne qualité à moitié prix. Mais aussi de gagner des bons ou des cadeaux en cumulant des points de fidélité.

Changer les habitudes en offrant au consommateur un vrai intérêt individuel et général

Quant à son fonctionnement, il se veut simple et souple afin de faciliter son utilisation par les professionnels. Ainsi, il leur suffit de souscrire à un abonnement annuel (environ 120 euros ht) pour se former via un book, disposer de flyers, accéder librement au back office pour créer leurs promotions et diffuser au rythme de leur choix autant d’offres qu’ils souhaitent en un seul clic. Instantanément alertés sur leur téléphone, leur tablette ou sur le site de Justoclic, leurs clients pourront aussitôt saisir les bons plans proposés dans leur quartier ou autour d’eux et bénéficier d’exclusivités. « Nous avons de vraies ambitions locales et durables pour ce projet », explique Laurent Le Men « avec le développement de services qui permettront aux consommateurs d’être motivés pour changer leurs habitudes et d’être concrètement des acteurs économiques responsables ». D’autre part, la jeune pousse s’engage à reverser 1% de ses bénéfices aux Resto du Cœur « non seulement pour montrer l’exemple mais aussi parce que nous savons que tout le monde n’a pas de portable et ne peut pas bénéficier des avantages de notre appli ».

Une commercialisation via le Multi Level Marketing… et pas seulement en France

L’autre particularité de Justoclic est sa commercialisation comme le souligne son créateur : « Le bouche à oreille joue un grand rôle puisque l’appli facilite la communication entre commerçants d’une part et entre clients et commerçants, d’autre part. Mais nous nous appuyons aussi sur le MLM (multi level marketing) qui est une structure de réseau de vente qui évite de lourds investissements en termes d’équipe commerciale et de logistique tout en offrant un large rayonnement. En effet, les revendeurs (ou distributeurs) sont indépendants, peuvent parrainer à leur tour de nouveaux vendeurs, et être aussi en partie rémunérés par une commission évaluée en pourcentage sur les ventes de ces derniers ». Une méthode initiée le 15 novembre et qui semble fructueuse : l’appli a déjà séduit 200 commerçants en France et devrait en compter -si elle continue sur sa lancée- 1000 d’ici à la fin de l’année pour un peu plus de 40 000 utilisateurs. « Notre objectif est de dépasser les 2500 commerçants pour plus de 200 000 utilisateurs fin 2015, tout en amorçant un développement en Suisse et en Belgique », précise Laurent Le Men. A suivre…

Florence Berthier

A vous de jouer

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia