11 octobre 2017

Temps de lecture : 1 min

Journalisme : l’avenir c’est maintenant

« Je suis très inquiète. Bien plus par l’avenir du journalisme que par l’accès à l’arsenal nucléaire de tous ces dirigeants dans le monde à la face de gros bébé. Parce que c’est le journalisme qui protège la démocratie et qui informe la population ». Le keynote de la prospectiviste Amy Webb, prononcé le week end dernier à Washington fait froid dans le dos.

« Je suis très inquiète. Bien plus par l’avenir du journalisme que par l’accès à l’arsenal nucléaire de tous ces dirigeants dans le monde à la face de gros bébé. Parce que c’est le journalisme qui protège la démocratie et qui informe la population ». Le keynote de la prospectiviste Amy Webb, prononcé le week end dernier à Washington fait froid dans le dos.

La fondatrice du Future Today Institute le déplore : les dirigeants des médias sont des « présentistes », « ils passent plus de temps à penser au futur immédiat qu’à ce qui va se passer dans les 5 ans qui viennent » et ils sont incapables de s’adapter face aux évolutions technologiques. Elle avertit : les journalistes doivent comprendre que l’intelligence artificielle, la reconnaissance visuelle, la réalité augmentée, la reconnaissance du langage par les machines, la concurrence des géants du web sont en train d’impacter fortement l’avenir de l’information.

L‘experte entrevoit une dizaine de tendances d’ici à 2027 avec des scénarii plus ou moins optimistes ou catastrophiques. Et elle lance un appel au secours : « Il reste peu de temps pour changer le cours de l’histoire mais vous avez le pouvoir de créer le futur que vous souhaitez ». La bonne nouvelle est sans doute que l’avenir des médias n’est pas prédéterminé. C’est ensemble que nous le fabriquerons. Dans le présent. Et ce type de mise en garde est indispensable pour qu’un scénario catastrophe à la Blade Runner 2049 ne se produise pas dans 10 ans.

 

Musnik Isabelle

À lire aussi sur le même thème

10/09/2021
Peur sur la ville

Non je ne vais pas vous parler de Bébel, mais de Xavier. Xavier, c’est le nom de ce robot déployé pendant trois…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia