13 novembre 2013

Temps de lecture : 3 min

Jeux vidéo : quel intérêt pour les marques ?

Elément devenu indispensable aux marques, le jeu est partout et nous accompagne au quotidien. Le marketing voit en lui un puissant levier de conversation et c'est à demander si ce n'est pas lui qui s'amuse avec nous...

Une personne sur quatre dans le monde a accès aux jeux en ligne. D’ici 2016, ce marché devrait augmenter de 46 milliards de dollars (contre 29 l’année passée). En France, 12,8 millions de Français jouent sur des téléphones mobiles* et à titre d’exemple, Angry Birds a déjà enregistré plus de 350 millions de téléchargements en 3 ans. En quelques années, le jeu vidéo a pris une ampleur phénoménale. Il rythme notre quotidien et s’impose comme un mode de vie et de divertissement incontournable. Une santé insolente due a son adaptation rapide au second écran.

Pourquoi un tel succès ?

Comme l’expliquait Julien Aubert (co-fondateur de Bigger than Fiction), à la troisième édition du Wunderman Innovation Session, « Tout le monde joue, c’est universel. ». Derrière cette déclaration, il faut bien comprendre que le jeu a toujours été présent et ce, à toutes les étapes de notre vie. Se divertir, jouer en groupe ou tout simplement passer du bon temps, cette pratique vieille comme le monde a plusieurs objectifs. Comment s’inventer une vie et faire du jeu vidéo une fenêtre sur nos aspirations : fonder un empire, incarner un super héros ou devenir une star du football : tout est possible.

Spil Games, leader mondial des plates-formes de jeux en ligne a dépassé les trois milliards d’utilisateurs avec ses trois jeux phares : Sara’s Cooking Class, Uphill Rush et Bubble Shooter. Pour Scott Johnston, responsable de la communication, la réponse est toute trouvée : « Ces jeux ont connu une grande réussite parce qu’ils correspondent exactement aux besoins spécifiques de notre cible. Les filles aiment explorer leurs futurs via des role-play. Elles veulent être créatives et le partager avec une communauté bien précise. C’est exactement ce que l’on retrouve avec Sara’s cooking Class. Pour cette cible, le jeu vidéo a vocation à casser la routine et s’échapper de la réalité. Il stimule le mental par le biais de situations parfois difficiles à résoudre. C’est aussi le cas du jeu Bubble Shooter. » Et les garçons dans tout ça ? « Les hommes sont beaucoup plus sensibles à la compétition. La quête d’un score élevé est un graal beaucoup plus excitant pour eux. Le jeu de course Uphill Rush rentre parfaitement dans cette catégorie», affirme Scott Johnston.

En plus d’être vraiment ciblés, ces jeux sont gratuits et accessibles à tous, faciles à jouer et agréables à utiliser. La difficulté reste présente tout au long de l’expérience. La formule magique « easy to get, hard to master » permet en effet de faire revenir le joueur encore et encore. La recette magique de l’addiction.

Quel intérêt pour les marques ?

Avec l’avènement du digital, le statut des marques a beaucoup évolué. Désormais, elles sont devenues des « Marquemedias », concept cher à Nicolas Bordas. Le publicitaire avait déjà eu l’occasion de revenir sur ce sujet dans le numéro INfluencia sur Les Médias : « Qu’il s’agisse de leur site, de leur blog ou applications mobiles, de leur page Facebook, ou de leur fil Twitter ou Pinterest, les marques produisent désormais du contenu éditorial ou ludique par leurs propres moyens, empiétant largement sur le territoire des médias devenus traditionnels».  Et c’est exactement ce que les marques font préamptant l’univers du jeux en ligne et devenant ainsi un rassembleur et une référence.

Dernier exemple en date, la collaboration entre PlayStation et Coca-Cola Zero. Disponible depuis Juillet, l’application « Coca-Cola Zero Playstation All Stars Island » offre la qualité des jeux de la firme nippone gratuitement. Pour Manuel Berquet, directeur Marketing de Coca-France, c’est la formule « L’impossible devient possible » qui a motivé le lancement de ce jeu. Parce que le Coca Zero est une marque Gender par excellence, l’utilisation du jeu vidéo reste une excellente opportunité de toucher son cœur de cible : les hommes âgés de 25-35 ans. Encore fallait-il être légitime dans un milieu qui se méfie des marques opportunistes. Selon Manuel Berquet, cette crédibilité ne fait aucun doute : « Il y a une véritable cohérence dans la stratégie de Coca-Cola Zero par rapport au gaming. Depuis 2010, nous développons une plate-forme Gaming Zone, développée en partenariat avec Melty depuis 2010. Nous sommes également partenaires titres depuis trois ans du Paris Games Week. » Le jeu est pour l’instant un succès. Avec 1 million de téléchargements, l’application offre une immersion totale dans l’univers de PlayStation avec une présence du produit non dissimulé. A terme, ce genre de partenariat devrait être renouvelé dans les années à venir.

Une étude menée par le Max Planck Institute révèle des résultats surprenants. Les personnes qui jouent en moyenne 30 minutes par jour à Mario augmentent de manière significative plusieurs aptitudes : la navigation dans l’espace, la capacité de planification, l’optimisation de la mémoire et une meilleure motricité. Preuve en est que le jeu vidéo n’est plus cette distraction abrutissante tant critiquée par les parents.

Eric Espinosa / @EricESPINOSA8

(*) Source Spil Games

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia