25 novembre 2013

Temps de lecture : 2 min

Invisible Girlfriend : l’application qui invente la petite amie imaginaire

Le leurre souvent utilisé comme un outil de propagande politique peut aussi servir les marques. Avec « Invisible Girlfriend », la simulation se fait désormais concept digital pour donner naissance à une application encore expérimentale. Ou comment s'inventer une fausse girlfriend.

La légende raconte que pour cacher la misère sociale et économique en Crimée, Grigori Potemkine, ministre, amant et favori de Catherine II de Russie, fit ériger des fausses façades luxueuses en carton pâte au passage de l’Impératrice. Mythe ou réalité, ce trompe-l’œil donne son aura historique à la propagande politique. Tromper sciemment son public peut aussi, en publicité, servir à titiller la curiosité du consommateur. Dans l’ère sociale de la surexposition digitale, une nouvelle application au principe inédit utilise désormais le leurre comme contre-pied à tous les sites de rencontre : « Invisible Girlfriend ».

Faire face à la pression sociale

Contrairement à toutes les plates-formes qui prônent la customisation ou l’anonymat, comme le dernier né Lulu, qui donne des notes aux physiques de ses partenaires, et qui cartonne aux Etats-Unis, « Invisible Girlfriend » n’est pas conçue pour éradiquer la solitude sexuelle et sentimentale. Son concept ? Permettre à ses utilisateurs d’exposer sur la Toile une relation imaginaire créée de toute pièce. Vous n’arrivez pas à avoir une femme -ou un homme- dans votre vie ou votre lit ? « Invisible Girlfriend » se charge de tout ! « Notre audience peut être très diverse, que ce soit un homosexuel obligé de contenter sa famille avec une fausse relation hétérosexuelle, un salarié qui ne veut plus des avances de ses collègues au bureau, ou alors un employé qui entend se consacrer entièrement à sa carrière sans devoir justifier son célibat », explique sur BuzzFeed son créateur Matt Homann.

A chacun sa formule

Présentée à la genèse comme une blague lors du Startup Weekend de St.Louis, aux Etats-Unis, l’application a finalement remporté la compétition avant d’être développée en 54 heures par une équipe de dix experts. Toujours en phase de pré lancement, « Invisible Girlfriend » propose trois options d’abonnement mensuel à ses utilisateurs : « Just Talking », qui pour 7 euros feint une dulcinée par des textos, des appels automatiques et des cadeaux ; « Getting Serious », qui pour 23 euros change votre statut Facebook et laisse des vrais messages vocaux sur votre téléphone ; « Almost Engaged », qui pour 43 euros par mois propose carrément une petite amie customisée et des appels téléphoniques live. « Nous n’essayons pas de construire une partenaire dans laquelle l’homme croit, nous sommes à un autre niveau de technologie. Nous lui offrons une meilleure histoire à raconter, même si elle est fausse », se targue Matt Homann dans le Riverfront Times.

Dans une société paradoxale où la multiplication des plates-formes digitales de communication et de partage est exponentielle à la croissance de la solitude sentimentale, la Toile sociale sert déjà le dessin de la consommation sexuelle de masse. La voilà donc maintenant mise à profit pour servir la cause de la supercherie inverse. Au final nous direz-vous, s’inventer une double vie sur les réseaux sociaux n’est pas nouveau, mais payer un service extérieur pour le faire façon « The Game », ça c’est du jamais vu !

Une version réservée aux femmes serait déjà dans les cartons. Si le succès est au rendez-vous, le concept pourrait faire des émules. Après tout, ne peut-il pas se dupliquer dans plein d’autres domaines ? Pourquoi pas recevoir une appel de Nesquik, un sms de Ramon Ta Fraise d’Oasis ou bien encore une recette de Marie…

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

Invisible Girlfriend : mode d’emploi

Témoignage d’un client

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia