23 décembre 2013

Temps de lecture : 3 min

Instagram Direct : du contenu pour la pub et le e-commerce

Le réseau social vient de lancer une plate-forme permettant, au travers d'une messagerie, une meilleure viralité de son contenu social. Une nouveauté qui devrait offrir aux professionnels un cadre optimisé pour engager le mobinaute.

Sur le marché en pleine croissance de la pub sur les médias sociaux, les marques doivent anticiper l’évidence. Quand il s’agit d’investir la prochaine plate-forme à la mode pour en faire un levier de conversation avec le consommateur, l’effet de surprise est l’allié publicitaire numéro un. Pour avoir très tôt pris le train Instagram en marche, des marques comme GE, Levi’s et Burberry arrivent en gare de ROI plus tôt que les autres. Devenue depuis le 1er novembre une plate-forme publicitaire, Instagram se transforme également en un support prisé d’e-commerce.

Un marché lucratif

Acheté 538 millions d’euros en 2012 par Facebook, le réseau social de partage et d’édition de photos a logiquement annoncé début octobre que les marques pourraient désormais s’acheter une présence sur les flux de ses 150 millions d’utilisateurs. Comme précisé par Instagram, ce nouveau levier publicitaire, progressif et encore temporaire, a d’abord été implémenté avec les marques « qui sont déjà des membres actifs de la communauté ».

Le 18 décembre, Instagram publiait les résultats de ses quatre premières campagnes de posts sponsorisés. Bilan ? Le réseau social se révèle être une plate-forme très efficace pour les annonceurs. Selon BIA/Kelsey, le marché des revenus publicitaires sociaux atteindra 8 milliards d’euros en 2017, tandis qu’en 2013 Facebook devrait à lui seul générer 700 millions d’euros grâce à la pub. Comme INfluencia l’a déjà évoqué, le plus grand réseau social du monde se mue déjà en support mobile d’achat pour un marché de l’e-commerce en plein boom. Il ne faut donc pas s’étonner si Instagram suit le même chemin.

Un outil de conversation visuelle en temps réel

Le 12 décembre dans un loft de Manhattan, le co-fondateur et CEO Kevin Systrom présentait un nouveau service de messagerie instantanée, Instagram Direct. Conçue sur le même principe que le Direct Message de Twitter, cette fonctionnalité n’a pas tardé là aussi à être apprivoisée par les marques. Moins de deux heures après le lancement, Gap proposait un concours pour récompenser les quinze membres les plus réactifs et créatifs de sa communauté. « Cela va être un fantastique outil pour approfondir notre relation avec nos clients », explique alors dans Mashable Rachel Tipograph, global director Digital et Médias sociaux chez Gap. « Nous pouvons avoir maintenant une conversation visuelle en temps réel avec les consommateurs, et les aider plus rapidement dans le service après vente ». Au moment même où il revêt ce nouvel apparat, Instagram consolide son statut de VRP online pour les acteurs digitaux du prêt-à-porter et de la photo.

Pour promouvoir son nouveau modèle avec connexion Wifi ( voir vidéo ci dessous ), Leica – avec l’aide de F/Nazca Saatchi & Saatchi, permet aux consommateurs d’acheter directement l’appareil sur Instagram. Il suffit de se créer un compte chez Arco, une startup brésilienne de shopping social, puis de suivre le compte de Leica Brésil et de commenter d’un simple « achat » une des photos postées par le fabricant.

Keep, un nouveau venu symbolique

Si Arco est encore nouveau au Brésil et commence seulement à séduire les marques intéressées par l’e-commerce sur Instagram, aux Etats-Unis le spécialiste Chirpify – pionnier sur l’e-commerce social -, démontre depuis un an que le site constitue un formidable support de commerce in-stream. Forcément, cela fait des émules. Fin novembre aux Etats-Unis, la startup d’e-commerce Keep lançait « As Seen on on Instagram » pour permettre le lèche vitrine digital sur le réseau social.

L’idée est simple : repérer les fringues les plus tendance et en faciliter l’achat. Dans Venture Beat, le CEO Scott Kurnit s’explique : « Notre métier est de trouver les vêtements cools qui marchent. Mais alors qu’Instagram est devenue un vaste showroom de la mode, il ne permet pas de cliquer en dehors de son écosystème. Nous avons voulu remédier à cela en rendant chaque image activable. » Résultat, Keep traque le prix et les informations de tous les produits qu’elle cible et les offre en pâture sur son site. La startup propose même une alerte-prix quand un des vêtements sélectionnés par l’utilisateur est mis en solde. Pour Instagram, dont raffole communauté de l’industrie de la mode et où célébrités, designers, magazines et bloggeurs exposent leurs goûts avec ostentation, devenir une vitrine online ne relève-t-il pas de la logique ?

Quasiment jour pour jour, une autre startup d’e-commerce, Soldsie officialisait sa prise de conscience du pouvoir d’Instagram, où elle permet désormais la vente en ligne via un commentaire comme ce qu’elle fait déjà sur Facebook. Désignée en priorité pour les soldes hebdomadaires ou quotidiennes de détaillants de petite ou moyenne taille, Soldsie s’invite sur un terrain de jeu où le pionnier Chirpify n’est absolument plus tout seul. La capacité d’Instagram à être un moteur marketing pour les marques a nourri la concurrence. Que ce soit Vitrue, rachetée par Oracle, Buddy Media, désormais propriété de Salesforce, ou Hashbag, tous consolident le nouveau costume d’Instagram.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

Gap, l’un des pionniers à utiliser Instagram comme vitrine de marque

« Avec As Seen On Instagram », le réseau social devient un vrai site de e-commerce

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

14/09/2021
JCDecaux poursuit sa révolution data

François-Xavier Pierrel, chief data officer de JCDecaux, détaille pour INfluencia la nouvelle offre Data mondiale du groupe, mêlant solutions locales et globales.…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia