2 novembre 2017

Temps de lecture : 4 min

INA : marques, patrimoines et contenus numériques

« Comment les entreprises peuvent s’emparer des formats vidéo innovants pour développer une nouvelle forme d’écriture et nourrir leur storytelling » : tel était le thème de la table-ronde organisée par l’INA et INfluencia, le 6 juillet dernier.

« Comment les entreprises peuvent s’emparer des formats vidéo innovants pour développer une nouvelle forme d’écriture et nourrir leur storytelling » : tel était le thème de la table-ronde organisée par l’INA avec INfluencia le 6 juillet dernier.

Après un discours d’introduction de David Lacombled, président de La Villa Numeris et de l’IAB France sur « l’innovation publicitaire pour donner du contenu aux marques », plusieurs intervenants ont échangé sur l’importance de la valorisation du patrimoine des marques : Fanchon Le Boulch, directrice éditoriale et responsable des productions de M6 Créations, Stéphane Galienni, co-fondateur et directeur de création de Balistik#Art, Roger Coste, co-fondateur de Brut, et Sophie Malrieux , chargée de développement corporate à l’INA. Jean Watin-Augouard conseil en histoire et développement de marques, rédacteur en chef de La Revue des Marques a conclu la matinée en expliquant pourquoi les marques ne pouvaient se passer de leur histoire, et comment on mesurait le ROI.

Sophie Malrieux : « S’intéresser à son patrimoine audiovisuel peut représenter  un avantage concurrentiel non négligeable »

 INfluencia: en quoi consiste votre activité? Combien d’images avez-vous dans le fonds ?

Sophie Malrieux: j’ai pour mission de développer nos relations avec les entreprises et plus largement de développer le secteur d’activité Hors Média de l’INA.

Ce développement s’articule autour de 3 axes principaux :
–        La valorisation de nos fonds audiovisuels dans le cadre des opérations de communication des marques
–        La conception et la mise en place d’opérations de Brand Content
–        Le développement de licence

Fort de plus d’ 1.6 millions d’heures de programmes, notre fonds audiovisuels est une ressource inépuisable que nous mettons au service de la stratégie éditoriale des marques

INF: pourquoi les marques doivent-elles s’intéresser à leur patrimoine audiovisuel ?

S.M : je vois trois  raisons principales :

–        Les archives audiovisuelles sont un vecteur naturel d’émotion et de cohésion – elles font bien souvent partie de la mémoire collective –  à ce titre, elles constituent  une matière à forte valeur ajoutée pour les marques en leur permettant d’assoir un caractère statutaire.

–        Elles  permettent de valoriser le patrimoine de l’entreprise, de partager son histoire et ainsi d’affirmer sa différence tout en enrichissant son capital de marque. S’intéresser à son patrimoine audiovisuel peut représenter  un avantage concurrentiel non négligeable.

–        A l’ère du numérique, lorsque les marques doivent animer un grand nombre de canaux, ces contenus sont stratégiques tant au niveau éditorial que financier

INF: pourriez-vous nous citer une opération qui illustre vos activités ?

S.M : à l’occasion du 40ème anniversaire de la Journée internationale des Droits des Femmes le 8 mars dernier, nous avons conçu un hommage pluri média à 40 femmes d’exception. De Simone Veil à Barbara, en passant par Mireille Darc, Françoise Sagan ou encore Simone de Beauvoir, cet hommage baptisé « Merci » propose une collection de 40 portraits d’1 minute à base d’archives audiovisuelles au message positif sur la liberté et l’égalité.

Diffusé sur M6, Téva et Paris Première, le dispositif « Merci » a été décliné en presse dans un numéro spécial Marie-Claire,  sur les réseaux sociaux et le web. Par ailleurs, cette collection a été parrainée par Chanel sur les antennes du Groupe M6. J’en profite pour remercier l’actrice et réalisatrice Maïwenn qui nous a fait l’honneur d’être la marraine de cet hommage.

En cette rentrée, nous venons d’achever la production de 2 films audiovisuels pour le 60ème anniversaire de Manpower et travaillons à la production de programmes courts et de développement multimédia pour des marques dans des secteurs d’activités très variés grâce à la diversité de notre fonds audiovisuel.

INF: est-il compliqué de séduire des partenaires ?

S.M : comme je vous le disais, l’archive audiovisuelle est un vecteur naturel d’émotion, aussi nous n’avons pas beaucoup de difficultés à les séduire lors de la présentation de leur patrimoine audiovisuel présent dans nos collections.  C’est bien souvent assez émouvant pour eux de (re)découvrir les archives liées à l’histoire de leur marque ou de leur entreprise. La difficulté réside plutôt dans la perception qu’ils ont des archives audiovisuelles.  Il nous faut alors les rassurer sur leurs modes d’exploitations et notre capacité, grâce à un bon story telling, à valoriser leur histoire en restant résolument tourné vers l’avenir. Mais je crois qu’avec ces 40 portraits de femmes, nous avons démontré que les archives audiovisuelles sont définitivement modernes tant dans leurs modes d’exploitation que dans leur éditorialisation

INF: qui sont les prescripteurs ?

S.M : assez naturellement les agences conseils, qui ne soupçonnent pas encore suffisamment à quel point il est facile de collaborer avec nous (conseil documentaire, richesse éditoriale infinie, garantie juridique sur nos images, …). Nous nous attacherons donc dans les mois à venir, à les rencontrer pour leur présenter nos contenus et nos services. Mais aussi certaines sociétés de production qui ont diversifié leur activité par de la production de films de commande

INF: quels messages avez-vous vis à vis des annonceurs ?

S.M : ils sont au nombre de deux :

– A n’en pas douter, votre histoire se trouve dans nos collections.

– Soyez assurés que, vous aussi, vous disposez d’un patrimoine que nous sommes prêts à vous aider à gérer et valoriser.

Le mot des intervenants : David Lacombled, Président de La villa numeris, Stéphane Galienni, Co-fondateur et Directeur de création de Balistik#Art, Roger Coste, Co-fondateur de BRUT, Fanchon Le Boulc’h, Directrice éditoriale et Responsable des Productions de M6 Créations

Intervention de Stéphane Galienni, Co-fondateur et Directeur de création de Balistik#Art

Intervention de Roger Coste, Co-fondateur de BRUT

INA x INfluencia, interview Roger Coste from INfluencia on Vimeo.

Intervention de Sophie Malrieux, Responsable développement corporate, INA

Photo de Une : Thomas William

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia