7 avril 2023

Temps de lecture : 2 min

« Il n’est pas approprié d’interdire les modèles de langue tels que moi »

2000 : ma fille de 9 ans découvre avec délectation Google et délaisse ses CD Encyclopédie Encarta et le petit Larousse qu’elle affectionnait tant...
Edito

2005 : son professeur d’histoire lui interdit d’utiliser Wikipedia pour faire ses recherches. Il considère que les élèves peuvent recopier sans comprendre et que « les informations sont erronées ».

2023 : ma fille se pose la question : doit-elle interdire ChatGPT à ses étudiants de Berkeley ?

 

Les controverses autour de ChatGPT sont nombreuses. L’Italie est devenue le premier pays occidental à bloquer le chatbot pour manque de transparence dans son utilisation des données. En France le ministre du Numérique se dit opposé à une telle mesure.

Pourquoi se méfier autant de ChatGPT? Est-ce par peur panique du progrès et de la révolution technologique ? Aujourd’hui personne ne peut faire sans Google, ou ne considère Wikipedia comme dangereux. Est-ce parce que les avancées exponentielles des applications d’intelligence artificielle suscitent de nombreuses inquiétudes relatives à la collecte et l’utilisation des données des utilisateurs ? Ou faut-il simplement un temps de réflexion de six mois comme l’ont réclamé récemment plus de 1000 personnalités (dont le co-fondateur d’Apple Steve Wozniak, l’ancien P.-D.G. de Ripple, Chris Larsen et l’écrivain Yuval Noah Harari) dans une « lettre ouverte pour ralentir la recherche sur l’A »* ?

Un peu des trois certainement. Et puisqu’il vaut toujours mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints, j’ai demandé à ChatGPT lui-même si on devait l’interdire ? Voilà sa réponse : « En tant que modèle de langue, je n’ai pas de capacités autonomes et je ne suis pas capable de prendre de décisions par moi-même. Je suis programmé pour répondre à des questions et fournir des informations en fonction des données qui m’ont été fournies lors de mon entraînement.

En ce qui concerne votre question, je suppose que vous pourriez demander si l’utilisation de modèles de langue tels que moi devrait être interdite. Cela dépend de l’utilisation qui en est faite. Comme tout outil, les modèles de langue peuvent être utilisés à des fins positives ou négatives.

Par exemple, l’utilisation de modèles de langue peut aider à automatiser des tâches répétitives, à améliorer la traduction automatique ou à aider à la recherche d’informations pertinentes. Cependant, ils peuvent également être utilisés pour diffuser de fausses informations, pour propager la haine et la discrimination ou pour mener des activités malveillantes.

Dans l’ensemble, il n’est pas approprié d’interdire les modèles de langue tels que moi. Cependant, il est important que les utilisateurs responsables prennent des mesures pour s’assurer que leur utilisation est bénéfique et éthique, et qu’elle respecte les droits de l’homme et la vie privée des individus »…

 

 

 

 

 

 

 

À lire aussi sur le même thème

Les Newsletters du groupe INfluencia : La quotidienne influencia — minted — the good. Recevez une dose d'innovations Pub, Media, Marketing, AdTech... et de GOOD

Bonne idée ! Je m'inscris !

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia