5 mai 2010

Temps de lecture : 1 min

Ikea parie sur le résultat des élections

Nous sommes quelques jours avant les prochaines présidentielles, imaginez que vous puissiez choisir chez votre fournisseur de cuisine préféré : un modèle Sarkuri? Une version Royole ? Ou un modèle Villapine ? Impossible ? Pas en Grande Bretagne.

La « Brown’s kitchen »

Nous sommes quelques jours avant les prochaines présidentielles, imaginez que vous puissiez choisir chez votre fournisseur de cuisine préféré : un modèle Sarkuri? Une version Royole ? Ou un modèle Villapine ? Impossible ? Pas en Grande Bretagne.

Aujourd’hui les Britanniques voteront pour élire leur prochain gouvernement. Qui l’emportera: l’actuel premier ministre Gordon Brown, le sémillant leader conservateur David Cameron ou le « troisième homme » le social-démocrate Nick Clegg? Peu importe car Ikea a tout prévu. Certes, celui qui gouvernera désormais Albion n’aura sûrement pas une tâche facile, mais il disposera au moins de « sa » propre cuisine. Une cuisine non pas électorale, mais bien réelle, dessinée pour lui -et pour ses supporters- par le fabricant de meubles suédois.

Le « Klegg’s kitchen »

Un site, ikeadomesticpolicy.com, créé par l’agence digitale Cake montre les trois réalisations, baptisées Brun, Kamerun et Kleggi. Les internautes peuvent passer leur souris sur les meubles et objets  de chaque modèle. La cuisine Brun correspond au style de l’actuel Premier ministre et leader du parti travailliste, Gordon Brown : on y trouve ainsi un placard pour « conserver tous [ses] biscuits ». Très utile pour un homme qui a été incapable de nommer sa marque de cookies préférés quand on lui a posé la question ! La version Kamerun est bien sûr inspirée de David Cameron et comprend des meubles où les tâches et marques peuvent être retirées en quelques secondes. Petit clin d’oeil aux photos retouchées publiées par le leader conservateur il y a quelques mois et qui avaient fait grand bruit dans le Landernau.

Quant à la cuisine Kleggi, elle possède une table « qui peut être rallongée en cas d’invités inattendus ». Allusion au fait que le chef des libéraux sera très courtisé par ses rivaux et se retrouvera peut-être obligé de  s’allier aux conservateurs ou aux travaillistes pour former le prochain gouvernement !

Ce petit bijou d’humour rendra peut-être le vote plus amusant aux citoyens de Sa Gracieuse Majesté. Alors à quand le même concept en France ?

Isabelle Musnik

La « Cameron’s kitchen »

 

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia