23 janvier 2017

Temps de lecture : 2 min

Ikea aide la belle-mère à gagner ses galons

Au premier coup d’œil, "Louise", le nouveau spot d’Ikea signé Buzzman passe pour un film bien propret. Mais en fait, il va au-delà du message générique et informatif. Il parle sans détours de notre société à travers une « belle mère » en mauvaise posture. Faisant de la marque un partenaire de la vraie vie.

Au premier coup d’œil, « Louise », le nouveau spot d’Ikea signé Buzzman passe pour un film bien propret. Mais en fait, il va au-delà du message générique et informatif. Il parle sans détours de notre société à travers une « belle mère » en mauvaise posture. Faisant de la marque un partenaire de la vraie vie.

Même si on ne connait pas les tenants et les aboutissants du 30 » signé Buzzman pour Ikea, on sait d’emblée que Louise -la nouvelle amoureuse du papa de la « petite chérie » et qui, en plus, a préparé des légumes verts pour le repas- est en terrain miné. Et d’ailleurs la fillette le fait savoir en décrétant que ses animaux -donc elle- avec lesquels elle joue n’ont pas faim. C’est sans compter la créativité de la  » marâtre  » qui use des astuces de la cuisine pour débloquer malgré tout la situation… explosive mais normale.

Car c’est la vie de tous les jours et celle-ci n’est pas faite que de rayons de soleil, de grandes embrassades au coin de la cheminée ou de fous rires autour de la table, surtout à la maison. Ikea le sait et le fait savoir à ses clients en abordant, en plus, des sujets de société aussi sensibles que le célibat, le divorce, les foyers monoparentaux et maintenant la famille recomposée. Des registres dans lesquels peu de marques vont car synonymes de problèmes et de déprime donc a priori peu « vendeurs ». Dommage car des millions de personnes sont concernées et elles ont une vie normale. D’ailleurs, le distributeur de meubles le fait avec pertinence grâce au ton choisi qui évite de tordre dans tous les sens nos émotions et ne tombe pas bêtement dans le sentimentalisme.

Trouver sa place dans la famille

Le moyen pour le géant suédois de démontrer que si ses produits ne garantissent pas le bonheur béat et bien lissé, ils sont là, comme des aides solides et pérennes dans leur fonction mais aussi témoins indéfectibles des petits drames domestiques et humains… et de leur résolution. Faisant de lui, une marque capable d’écouter et de répondre aux attentes et besoins de ses clients, même si les portes de ses placards peuvent claquer très fort !

Et si on regarde, encore plus près, le spot invite même subtilement à une réflexion sur le genre (connivence entre la fillette et l’amie du père) et sur la relation si spéciale père/fille qui au lieu d’entrer dans le conflit (désobéissance, opposition, jalousie), ressort de l’épisode apaisée. Donnant encore une fois à la marque le « beau » rôle de facilitatrice pour le côté matériel et ergonomique mais aussi pour gérer des situations délicates, mieux connaitre les enfants et soulager un parent de sa mauvaise conscience. Signé Didier Barcelo (production : Henry), le film est diffusé sur les chaînes nationales en TV, et en ligne. Une suite très intéressante aux deux précédentes prises de parole de la marque « Mon fils » et « Dites-le en cuisinant » où l’enfant et la famille moderne sont au centre du propos. Sans tabous ni pathos.

Berthier Florence

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia