6 décembre 2015

Temps de lecture : 1 min

L’Homme à venir doit-il être connecté pour être plus performant ?

D'un côté Dominique Wolton, directeur et fondateur de la revue internationale Hermès et de l'autre Zak Allal, représentant de la Singularity University.Un face à face à Courchevel le 11 décembre, au Cristal Festival, organisé par Dentsu Aegis et INfluencia, qui promet d'être très très « hot ».

D’un côté Dominique Wolton, directeur et fondateur de la revue internationale Hermès et de l’autre Zak Allal, représentant de la Singularity University. Un face à face à Courchevel le 11 décembre, au Cristal Festival, organisé par Dentsu Aegis et INfluencia, qui promet d’être très très « hot ».

C’est un événement. Le représentant de l’Université de la Singularité débattra ce vendredi avec le sociologue Dominique Wolton, auteur entre autres de « Internet et après », et tout récemment « Avis à la pub, création et autorégulation », lors du Cristal Festival lors de la matinée organisée par Dentsu/Aegis et INfluencia.

Zak Allal ou Zaki Allal, de son vrai nom Zakarya Hadj Allal, né le 23 Décembre 1987 à Tlemcen en Algérie, est un médecin, artiste et entrepreneur d’origine algérienne. Il est connu pour ses compositions de piano qu’il a notamment interprétées au Carnegie Hall ainsi que ses activités entrepreneuriales à la Silicon Valley  autour des neurosciences, de l’espérance de vie ou encore de la transplantation et la conservation d’organes. Il est également responsable pour la France de l’Université de la Singularité

La « Singularity University » (SU) a été créée en 2008 par le futurologue transhumaniste Ray Kurzweil et par Peter Diamandis, un pionnier de l’innovation. Les fondateurs de Singularity sont convaincus que l’alliance de l’intelligence artificielle, de la biologie de synthèse, des nanotechnologies et des neurosciences permettra de répondre aux défis mondiaux autour de l’alimentation, l’énergie, l’eau, la santé et l’éducation. Singularity a été créée avec le soutien de plusieurs entreprises, dont Google – qui a depuis recruté Ray Kurzweil. Elle est implantée sur un campus de recherche de la NASA. Chaque été, elle accueille 80 étudiants de divers pays triés sur le volet, pour dix semaines de cours. Pendant l’année, elle reçoit également des dirigeants politiques, universitaires ou économiques pour les sensibiliser à son credo. Son but est d’enseigner aux futurs élites l’utilisation des technologies émergentes, pour « résoudre les plus grandes problématiques dans le monde en matière de santé, d’environnement ou de transport ».

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia