13 mars 2012

Temps de lecture : 1 min

Google refait l’histoire de la pub…

Selon Google, la pub digitale fête ses 18 ans. Pour l’occasion, le géant du Web vient de sortir le projet Re-Brief ayant pour mission de revisiter les grands classiques publicitaires des années soixante mais sans oublier d’y injecter une dose de digital… Heureusement que nous avons l’histoire pour (re)créer du neuf…

On ne va pas badiner avec les mots, Google’s Project Re:Brief est un très bon projet digital et de brand content. L’idée est simple, A quoi auraient ressemblé certaines pubs des années 60 si elles avaient été conçues sous l’ère digitale?

Partant de cette simple question, l’équipe contituée par Johannes Leonardo et l’agence Grow Interactive a décidé de remettre au goût du jour 4 grandes pubs TV de 1962: Coca, Volvo, Avis et Alka-Seltzer. Et pour être certaine de ne pas louper un détail de la pub d’origine,  elle a réuni les créateurs des spots pour mieux comprendre comment ils avaient été conçus.

C’est ainsi qu’Amil Gargano, le directeur artistique de la pub Volvo baptisée «Drive it like you hate it» est venu repenser son spot tv avec une équipe de jeunes créatifs. Il en ressort au final un bel échange entre deux générations de créa et de geeks et une nouvelle campagne reprenant les codes et le slogan de l’époque mais avec une mise en scène cette fois-ci 100% digitale. Le tout est présenté sous forme de petits documentaires hébergés sur une interface esthétique intelligente made in Google.

Harvey Gabor et sa pub « Hilltop » pour Coca, Paula Green et la mythique « We try harder » d’Avis ou encore le duo de la campagne Alka-Seltzer, « I can’t believe I hate the whole things », Howie Cohen et Bob Pasqualina font également  partie de Re:Brief…

Teaser

Bien entendu, le but de Google n’est pas de créer ce type d’opération pour la gloire. La firme de Mountain Diew tient à démontrer l’utilité de ses produits intégrés dans une campagne digitale en l’an 2012.

Remonter l’histoire, la respecter et la changer permet à Google de s’accaparer le passé d’une industrie. Il peut ainsi démontrer la valeur de son travail et son impact sur le temps présent au travers d’un passé censé être figé. Quoi de mieux que de refaire concrètement l’histoire pour montrer sa puissance…

Sylvain Benemacher

Rubrique réalisée en partenariat avec ETO

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia