4 novembre 2009

Temps de lecture : 1 min

Google Map traque les sujets coquins d’outre Manche…

Savez-vous qu'à Manchester, ils sont 2.6 fois plus nombreux que la moyenne à utiliser chaque année des vibromasseurs ? Pour cibler d'avantage les dépenses et mœurs des consommateurs...

 Savez-vous qu’à Manchester, ils sont 2.6 fois plus nombreux que la moyenne à utiliser chaque année des vibromasseurs ? Pour cibler d’avantage les dépenses et mœurs des consommateurs…

Le site Internet de vente en ligne d’articles sexy anglais Lovehoney’s vient de mettre en place une carte de l’Angleterre qui répertorie les achats et habitudes sexuelles de ses acheteurs. Après avoir agrégé quelque 500 000 commandes effectuées sur son site, le détaillant de sex toys et autres produits croustillants a créé une application sur Google Map qui recense par ville le type de consommation, les goûts sexuels de ses clients et les établissements spécialisés. Le tout dans un anonymat le plus complet.

La « UK Sex Map » (voir la vidéo) permet de suivre avec un intérêt social ou lucratif la consommation de certaines cibles par ville, région, voire même la nation toute entière. On sait par exemple que du côté de Buckingham on consomme 1.4 fois plus de sex toys ou de magazines érotiques que la moyenne nationale (sans commentaires, Your Majesty, mais ce n’est pas l’envie qui manque…). A Grimsby, petite ville du nord-est, les demoiselles sont 2.4 fois plus nombreuses que le reste du pays à mettre des bottes et chaussures sexy.
Cette pseudo mashup ne référence que les villes de plus de 10 000 habitants et est réactualisée tous les mois. Sur la carte, des points de chaleur (vert, bleu, blanc ou rouge) permettent de visualiser les zones qui sont dans la moyenne et celles qui explosent les statistiques.  Il suffit de taper le nom d’une ville, son code postal ou un objet désiré pour avoir accès aux informations voulues (chiffre, adresse de magasins, etc..).

Le client dispose d’une source d’informations complète et très rarement proposée par une marque. Le professionnel du secteur peut quant à lui y trouver son compte grâce à des statistiques fiables, basés sur des actes de ventes par catégorie. Il peut aussi se faire référencer et ainsi accroître sa notoriété.

 On imagine aisément un instrument de communication de ce type pour une grande marque telle Adidas, qui pourrait mettre en place des tendances par départements ou régions et référencer tous les points de ventes diffusant sa griffe. Et encore beaucoup d’autres idées…

Gaël Clouzard

 

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia