7 juin 2017

Temps de lecture : 2 min

Gang de Paris : une communication qui tabasse

Comment renouveler son storytelling ? Par une histoire centenaire de gangs parisiens aux combats sanglants pour la conquête d’un quartier. C’est en tout cas le choix de Gang de Paris pour lancer sa nouvelle collection de vêtements sur les réseaux sociaux.

Comment renouveler son storytelling ? Par une histoire centenaire de gangs parisiens aux combats sanglants pour la conquête d’un quartier. C’est en tout cas le choix de Gang de Paris pour lancer sa nouvelle collection de vêtements sur les réseaux sociaux.

Pour densifier son identité de marque et lancer sa nouvelle collection, Les Loups de la Butte, Gang de Paris a décidé de se replonger dans les dix premières années du XXème siècle, à une époque où régnait l’ultra violence pas si éloignée de celle d’Orange Mécanique. Un bon moyen de mettre en scène un storytelling empreint de déviance. Car en 1910, à Paris, de nombreuses bandes de crapules ont essayé de s’imposer sur le territoire tant convoité de Montmartre. Et comme Highlander : il ne peut en rester qu’un et ce fut Les Loups de la Butte.

Avec Paulo L’Arrangeur, leur chef, ces derniers ont mené des combats des plus sanglants, notamment contre les Cœurs d’Acier de Saint-Ouen de la banlieue nord. Armés d’un tempérament martial et de battes de baseball, les canailles de la Butte vont repousser les assaillants et asseoir leur domination, juste avant la 1ère Guerre Mondiale. Une aubaine pour Gang de Paris qui souhaite s’inscrire dans un univers contestataire et belliqueux, d’où le nom de sa nouvelle collection.

Réseaux sociaux : entre fiction et réalité

Pour ancrer la mythologie de ces gangs parisiens dans le XXIème siècle, la marque a donc fait renaître le chef du meilleur gang, Paulo L’Arrangeur sur la toile. Car ce dernier adresse sur le site Gang de Paris et sur ses réseaux sociaux une lettre ouverte aux habitants de Montmartre pour les mobiliser contre les Costauds de la Villette, des rivaux qui prévoient d’attaquer la Butte dans quelques jours. Le but : inciter les jeunes connectés aux réseaux sociaux à acheter le sweat ou le t-shirt des Loups de la Butte pour faire office de moyen de reconnaissance durant la bataille.  Un achat possible en ligne ou en magasin dans une stratégie « phygital ». On peut malgré un bon storytelling que la marque ne perd pas le Nord..

Mais on retient surtout la qualité de l’histoire racontée et le travaille qui a été mené pour faire renaitre une récit qui a marqué de son empreinte un des quartiers les plus mythiques de Paris. In fine, la narration, en plus d’être originale et de mobiliser une partie de notre histoire, exploite internet et les réseaux sociaux pour créer une activation digitale. Dans le but de donner du relief à une marque de fripouilles jouant la marginalité qui peut séduire la cible. Il ne manque plus qu’une petite vidéo de teasing pour que l’univers soit complet. En attendant, si vous habitez dans le 18ème arrondissement de Paris, ne sortez plus sans votre batte de baseball.

Salas Romain

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia