28 août 2016

Temps de lecture : 2 min

Du gaming à la Candy Crush pour vendre des lunettes ?

Pour la première fois de sa jeune histoire, le lunetier des hipsters nord-américains Warby Parker crée un jeu vidéo co-brandé disponible en desktop sur son site web. Une tendance globale forte est réaffirmée.

Pour la première fois de sa jeune histoire, le lunetier des hipsters nord-américains Warby Parker crée un jeu vidéo co-brandé disponible en desktop sur son site web. Une tendance globale forte est réaffirmée.

Depuis cette année, le mobile est devenu le premier support des aficionados du jeu vidéo. Sur un marché qui pèse 33 milliards d’euros et qui représente un formidable levier d’engagement publicitaire online, il est utile d’en connaître des tendances. Une étude de Facebook IQ et TNS a donc aidé à cerner les enjeux, comme l’analysait INfluencia en juillet dernier. En créant son tout premier jeu vidéo, l’e-opticien Warby Parker, pionnier nord-américain de la lunette online mué depuis deux ans en enseigne physique, choisit pourtant le desktop comme support. Cela n’enlève rien à la possible réussite engageante du jeu, ni au fait qu’une fois de plus le gaming sert de levier publicitaire aux marques.

Réalisé par le studio Kill Screen, lancé le 23 août et disponible gratuitement pour quelques mois sur le site du lunetier le plus hipster de l’Oncle Sam, « Worbs » ne révolutionne pas l’industrie du jeu vidéo mais a le mérite d’être élégant et stylé, comme les lunettes du fabricant newyorkais. Pour une création brandée servant avant tout de levier d’engagement, c’est l’essentiel.

Quid du concept ? Le joueur doit simplement coupler des groupes de balles colorées qui se baladent dans une assiette. Une fois que les deux boules aux couleurs identiques se touchent, il suffit de cliquer sur l’une pour qu’elles disparaissent. Un bouton « tilt » permet de secouer l’assiette pour changer le mouvement des boules et forcer par exemple, la rencontre d’une marron avec une autre marron. C’est bête comme une blague Carambar mais visiblement cela fonctionne après des curieux qui ont déjà essayé. « La réponse des consommateurs a pour l’instant été fantastique. C’est vraiment addictif car c’est amusant et c’est ce que nous voulions », commente Neil Blumenthal, co-fondateur et co-CEO de Warby Parker, connu pour ses opérations publicitaires créatives. En même temps, il n’allait pas dire autre chose…

Se démarquer des autres marques de son univers

Si vous avez l’intention de tester « Worbs », sachez que 500 est un bon score et que 1 000 relève carrément de l’exploit. Mais que vous soyez nul ou extraordinaire, le lunetier le plus cool-chic des Etats-Unis s’en moque. Tout ce qui lui importe c’est que vous vous rendiez sur le site. Comme elle l’avait fait lors de son partenariat avec le blockbuster hollywoodien Man of Steel, la marque a créé un modèle spécial Kill Screen en édition limitée. Contrairement aux deux modèles de l’opération cross-promotionnelle conçue avec Warner Bros, ces lunettes là ne s’essayent pas virtuellement sur une plateforme dédiée, mais elles possèdent des caractéristiques uniques qui en font des collectors.

Sorte de Candy Crush plus esthétique et plus poétique visuellement, « Worbes » confirme la volonté de Warby Parker de concentrer son message et ses valeurs sur le design et le divertissement. « Warby Parker supporte depuis toujours l’amusement, la créativité et les bonnes actions. Co-créer un jeu vidéo nous permet de nous démarquer des autres marques d’accessoires et de lifestyle. Le consommateur favorise les expériences et les marques qui seront capables d’en proposer les meilleures continueront de grandir et de réussir », assure Neil Blumenthal.

Pour tester, cliquez sur l’image

Adler Benjamin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia