3 mars 2010

Temps de lecture : 2 min

French Connection joue à Chatroulette…

Depuis deux mois les annonceurs se posaient une question : quelle marque allait la première tenter sa chance sur Chatroulette ? La réponse est aujourd'hui trouvée...

Depuis deux mois les annonceurs se posaient une question : quelle marque allait la première tenter sa chance sur Chatroulette ? La réponse est aujourd’hui trouvée…

Il aura fallu moins de soixante jours pour qu’une marque trouve une stratégie de conquête sur le dernier des réseaux à la mode… Pas évident de se faire une place sur un « No man’s land » rempli de pervers et de personnages en tout genre…
La première à s’y essayer est la marque anglaise de prêt-à-porter French Connection anciennement FCUK (French Connection United Kingdom). Logique quand on connait sa réputation sulfureuse !

La griffe qui vise les 15-25 ans vient de lancer un challenge sur le site où des internautes masculins doivent décrocher preuves à l’appui  (capture d’écran) un rendez-vous avec une demoiselle (si possible jolie et bien lookée). Le gagnant recevra un bon d’achat de 250 livres sterling. Le buzz vise avant tout l’Angleterre, principal marché de la marque, et accompagne par la même occasion sa dernière campagne baptisée « The man, The woman », axée sur le côté qualitatif de sa gamme vestimentaire…

Alors est-ce une bonne idée de communiquer sur ce réseau? Il est encore un peu tôt pour le dire. French Connection a choisi l’une des solutions les plus adaptées à ce type de site. Générer du buzz  sur le Net et communiquer par la suite en dehors de Chatroulette sans associer ses couleurs à l’interface. Car le problème est délicat. Le contenu proposé est incontrôlable et tout ce que la nature humaine offre de pire peut un jour débarquer sur Chatroulette.com. C’est d’ailleurs ce qui le rend si « jouissif » à  utiliser pour le consommateur. Un total espace de liberté dans une société sous contrôle satellitaire…

La marque anglaise à l’image rebelle a tout de suite su tirer parti d’un phénomène de société sans réellement se compromettre auprès de sa cible. Tant qu’un annonceur ne s’affiche pas de manière ostensible sur l’interface du site (bannière ou autres) et qu’il arrive à laisser à l’écart de sa démarche les « détraqués » en tout genre qui polluent le site, la recette peut s’avérer payante.
Alors oui, communiquer malgré la dangerosité sur Chatroulette est possible mais il va falloir se creuser les méninges…

Pour ceux qui n’ont pas encore entendu parler de Chatroulette et lu Influencia il y a deux semaines, il s’agit d’un site créé fin 2009 par un jeune Russe de 17 ans qui pourrait bien être le prochain Zuckerberg… Son idée est simple : mettre en liaison et par hasard, au travers des webcams, les internautes du monde entier.

Ce site controversé est en train, sans le savoir, de redistribuer certaines cartes dans le joyeux monde des réseaux sociaux. Il amène une approche différente d’Internet et fait paniquer les marques qui ne savent pas comment générer de la notoriété et des profits grâce à cette cour des miracles, sans paraître pour des opportunistes. Alors, sur Chatroulette, faut-il communiquer ou jouer ?

Gaël Clouzard

Campagne French Connection: « Woman »

Campagne French connection: « Man »

 

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia