10 novembre 2014

Temps de lecture : 5 min

#FREDINCHINA : Xiaomi, l’Apple chinois

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine, pour BFM Business, le premier marché du monde ! INfluencia est désormais partenaire de cette aventure...

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine, pour BFM Business, le premier marché du monde ! INfluencia est désormais partenaire de cette aventure…

Hot Topic : L’APEC Bleu

L’APEC ou Asia-Pacific Economic Cooperation, tout le monde ou presque connait. Mais l’APEC Bleu, pas du tout ! Et pourtant  cette grande réunion organisée par les Chinois et qui rassemble tous les leaders -présidents et ministres- qui comptent en Asie pour discuter économie est très importante ! Le rendez-vous est hautement stratégique et à plus d’un titre. Tout d’abord parce qu’il y a aussi des représentants des Etats-Unis, du Canada, de l’Australie et de la Russie. Ensuite parce que ces rencontres portent sur 44% de l’économie mondiale. Enfin et surtout parce que cela démontre le leadership de la Chine sur toute cette région du globe. Une rencontre au sommet particulièrement symbolique, donc. D’autant qu’elle se déroule à Beijing du 5 au 11 novembre. Et il fallait à tout prix que le succès soit au rendez-vous notamment pour Xi Jinping, son président. Y compris dans les apparences. Alors les Chinois ont réalisé un tour de force qu’eux seuls sont capables de faire : rendre son bleu et sa pureté au ciel de la capitale, d’ordinaire gris de pollution. Comment ? Tout simplement en arrêtant la bagatelle de 2500 usines et de 4400 sites de construction à l’intérieur de la ville et en banlieue. Mais aussi dans les quatre provinces autour, et qui à cause des vents auraient pu être sources de grisaille… Un événement presque incroyable mais vrai. Qui a été décidé, organisé et suivi en un tour de mains et qui démontre bien la puissance et la détermination du gouvernement chinois. Mais aussi que finalement il suffit de vouloir pour pouvoir !

Et c’est tant mieux. Car voir Beijing avec un ciel bleu, ce n’est vraiment pas banal et ça en a réjoui plus d’un ! Il suffit de regarder les images ordinairement postées sur les réseaux sociaux sur la capitale et qui montrent que bien souvent on ne voit même pas l’autre côté de la rue. Pourtant l’événement a déclenché deux réactions. D’abord de la joie et du plaisir de retrouver soudainement un ciel clair et frais. Et tous les habitants ne se sont pas privés de réaliser une profusion de photos et de les poster sur la Toile. Histoire de partager ce moment exceptionnel. Et puis il y a eu du sarcasme. Car beaucoup de Chinois se sont légitimement demandés pourquoi ils ne pouvaient pas avoir du ciel bleu et pur toute l’année à Beijing, et pourquoi ils étaient obligés de vivre dans une atmosphère viciée. Une double interrogation faite à leur façon -joueuse et ironique- et qui s’est traduite par un détournement des initiales du sommet en une formule directe, cinglante mais non dénuée d’humour, largement diffusée sur le web. Puisque l’APEC est devenue Air Pollution Eventually Controlled ! Lien ici

                                                                                                                                                      Hot brand : XIAOMI, l’Apple chinois

Xiaomi, on en a déjà beaucoup parlé sur #FredinChina. C’est l’acteur majeur du mobile. Ici, on l’appelle même de temps en temps l’« Apple chinois ». J’en ai déjà eu deux depuis mon installation à Shanghai et effectivement, il n’a rien à envier à la marque à la pomme, car c’est un constructeur de devices mobile très très intelligent dans son approche grâce à une grande sophistication de son système d’exploitation, de son modèle économique et de son design. C’est beau, c’est intelligent, et il va vraiment compter dans cette Chine qui va s’exporter à l’Ouest. D’ailleurs, déjà ses chiffres le placent comme troisième marque mobile dans le monde.

Alors, c’est la Hot Brand de la semaine. En raison d’un acte extrêmement fort voire un peu agressif avec le recrutement de Chen Tong qui n’est autre que le directeur des éditions de Sina Weibo. Or pour ceux qui ne le connaissent pas, Sina Weibo est détenu à hauteur de 30% par Alibaba et il a été pendant quelques années, le leader du social media chinois, car c’est un peu équivalent de notre Twitter américain. Alors quand on recrute Chen Tong, ce n’est pas anodin, car on recrute un des plus grands influenceurs, une pièce centrale dans le Guanxi (le réseautage) qui connaît tous les KOL, (Key Opinion Leaders) ou autres personnalités de la Toile chinoise. Et forcément cela a provoqué une onde de choc d’autant plus grande qu’il a été nommé directeur des contenus avec pour faire « mumuse » un budget de 1 milliard de dollars qui va lui servir à acheter des contenus et à investir dans des nouveaux médias ou des nouvelles chaînes. Le signal est fort, très fort, car il révèle la nouvelle stratégie de Xiaomi qui sort de son statut de marque mobile pour aller vers un autre métier, celui du contenu. Affichant par là même son ambition de devenir un des grands géants de l’IT chinois.

Intéressant de constater que Baidu, Alibaba, Tencent (BAT), les trois géants du digital chinois sont chacun entrés sur le marché du digital via leur métier de base : le premier par le search engine, le second par le e-commerce et le troisième par l’instant messaging avec QQ. Or une fois qu’ils réussissent dans leur discipline -et c’est très chinois- ils ont très vite mis un pied dans les métiers des uns et des autres pour être exhaustifs dans le secteur. Sans avoir peur de s’affronter puisqu’aujourd’hui ils font tous de la mobile social app, du e-commerce et un mode de paiement mobile. Un cheminement que Xiaomi entré par le device mobile, pourrait bien emprunter vu sa nouvelle implication dans le contenu. Rien ne l’empêche ensuite de se développer sur les autres disciplines des 3 autres géants. Et peut-être que dans quelques semaines ou quelques mois on ne parlera plus de la BAT War, mais de la BATX War : la guerre entre Baidu, Alibaba, Tencent… et Xiaomi. Lien ici.

Hot Tweet : La surveillance à l’école

Cette semaine, le Hot Tweet revient à une école de la province de Hebei qui a choqué toute la Chine. Et plus particulièrement, les élèves. En effet, le système scolaire est basé sur deux types de cours en classe : un avec les professeurs et un sans les professeurs. Des plages horaires au cours desquelles les enfants sont censés se prendre en charge, travailler en équipe, se sociabiliser ou s’aider bien sagement… Mais forcément c’est aussi perçu par les jeunes comme une grande source de liberté pour faire des bêtises, sortir des blagues, et même draguer en envoyant des messages à la personne pour laquelle on craque. Bref un programme considéré comme le meilleur moment de leur scolarité.

Sauf que la fameuse école a instauré un nouveau système de surveillance qui a fait un tollé. En effet, la direction n’a rien trouvé de mieux que d’installer dans le fond de la classe une vitre équipée d’un store derrière laquelle un professeur exerçait une surveillance dissimulée. C’était sans compter les écoliers qui n’ont pas tardé à dénoncer la manigance sur la Toile en la comparant à de la prison. Déclenchant ainsi une hyper réaction émotionnelle de 120 000 retweets. Non mais ! Lien ici.

 

Raillard Fred

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia