12 janvier 2015

Temps de lecture : 4 min

#Fredinchina : un système de reconnaissance des visages par caméra pour accorder les prêts bancaires

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine, pour BFM Business, le premier marché du monde ! INfluencia est désormais partenaire de cette aventure...

                                                                                                                                                              
Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine, pour BFM Business, le premier marché du monde ! INfluencia est désormais partenaire de cette aventure…

HOT TOPIC : La série « The Empress of China » prend à son propre piège la censure

“L’Impératrice de Chine” -diffusée sur la chaîne Xuanan, et sur les plateformes vidéos Youku et Iqiyi- est une série qui se déroule au 7ème siècle après J.C. pendant la glorieuse époque Tang. Déjà, en retraçant l’histoire mythique de la première et unique impératrice de Chine, elle a délié les lanques dans un pays où l’élite politique est particulièrement misogyne, à la différence du monde des affaires où il existe une vraie égalité homme/femme. Le rôle-titre de cette impératrice dénommée Wuzetian, était joué par Fan Bingbing. Une actrice réputée comme la plus belle femme de Chine et qui avait toujours rêvé d’interpréter ce personnage, au point de produire sans lésiner la série qui est somptueuse. A juste titre puisque qu’elle a suscité 300 millions de vues sur Youku et Iqiyi.

Et c’est sûrement cet écho formidable qui en a suscité un autre d’un genre très différent. Soudainement suspendue au 17ème épisode par le bureau de contrôle des diffusions en Chine, la série est revenue à l’antenne sans aucune explication. Mais très vite n’importe quel fidèle spectateur s’est aperçu que toutes les femmes de la série recadrées sur leur visage étaient privées de leur décolleté. Une grossière manipulation qui en a choqué plus d’un. D’abord, parce que ce détail vestimentaire est une réalité historique. Ensuite, parce que tout le monde y a vu une censure complètement injuste alors que la réalisation était très élégante et qu’il n’y avait rien de pornographique ni de choquant.

La manipulation a aussitôt été dénoncée sur la toile comme une trainée de poudre avec 350 millions d’impression média. Avec comme effet immédiat, une censure prise à son propre piège. Car en réaction les jeunes et les internautes se sont lancés dans une bataille digitale pour s’en jouer. Ils ont en effet imprimé puis diffusé les images des corps et des visages revus par les officiels, complétées en dessous par un dessin qui aurait été censuré. Laissant ainsi libre cours aux fantasmes les plus fous comme ce gros plan d’actrice dont le sein est léché par un cheval, cet homme qui éteint sa cigarette sur un sein, ou cet autre mâle qui tête un sein. Enfin, ce recadrage a été tellement révoltant que certains se sont demandé si la Chine n’amorçait pas un retour en arrière. Avec à l’appui une photo d’époque de Mao torse nu sur la plage -donc tolérée- puis recentrée sur son visage, à la façon des photos retouchées de la série. Démontrant simplement et ironiquement toute l’absurdité de l’affaire. A voir ici.

                                                                                
   
                                                                                                                                                                    HOT BRAND : Webank fait le Printemps de la Finance Digitale

Pas plus digital et chaud que ce sujet qui concerne WeBank . On le doit à Tencent (le T de notre B.A.T. War) qui lance la première banque exclusivement online en Chine. Un événement triplement important. Primo, il instaure un système de reconnaissance des visages par caméra pour accorder les prêts bancaires. Secundo, il reproduit un peu le système à l’américaine qui récapitule l’historique du client en matière de crédit et son comportement en termes de régularité à rembourser. Plus celui-ci est bien noté, plus les taux qui lui sont proposés sont préférentiels. Tertio, il encourage le micro-crédit déjà très à la mode en Chine.

Mais ce n’est pas seulement son offre produit qui fait de WeBank la HotBrand de la semaine. C’est aussi l’engouement qu’elle suscite jusque dans les hautes sphères, puisque pour son lancement, Li Keqiang, le premier ministre, s’est déplacé de sa propre initiative à Shenzen près de Hong Kong. Il s’est également fendu de deux déclarations qui ont fait grand bruit. D’une part en souhaitant que cette nouvelle banque challenge les banques traditionnelles chinoises. Et d’autre part, en annonçant que c’était une petite étape dans la e-bank mais une grande étape dans la révolution financière. De plus, en montrant aussi ouvertement le soutien du gouvernement pour le digital, il confirme l’ambition de Beijing de faire de la Chine, une très grande puissance digitale. Et déjà certains parlent même de Printemps de la Finance Digitale. Gageons que le gouvernement français ait au moins et très vite la même appétence. A voir ici.

                                                                                                                                                                HOT POST : Fan Bingbing défend sa cause et celle des femmes

Le Hot Post le plus populaire de cette semaine est en lien direct avec notre Hot Topic. Il s’appuie sur une photo de Fan Bingbing -cette sublime actrice en robe rouge, tête ceinte d’une couronne- et ses deux déclarations : “Ne baisse pas la tête sinon la couronne tombe”, et “Ne pleure pas sinon les méchants vont rire”. Une façon bien à elle de dire pudiquement et diplomatiquement qu’elle n’est absolument pas contente de la censure du bureau de contrôle des diffusions en Chine dont sa série a été l’objet. Une démarche massivement soutenue par 110 000 retweets et 630 000 likes sur Weibo, car tout en défendant son métier, elle a pris fait et cause pour les femmes. Lui permettant ainsi de marquer des points bienvenus en termes de popularité notamment auprès des femmes qui la jalousent beaucoup.  Mais aussi de servir avantageusement Louis Vuitton et Moët & Chandon du groupe LVMH dont elle est l’ambassadrice. A voir ici.

 

Raillard Fred

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia