27 octobre 2014

Temps de lecture : 6 min

#FREDINCHINA débarque sur INfluencia !

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine, pour BFM Business, le premier marché du monde ! INfluencia est désormais partenaire de cette aventure...

Comprendre l’Empire du Milieu n’est pas chose aisée pour les Occidentaux… Frédéric Raillard, le co-fondateur de Fred & Farid Group analyse chaque semaine, pour BFM Business, le premier marché du monde ! INfluencia est désormais partenaire de cette aventure…

Installé depuis 18 mois en Chine pour le lancement de Fred & Farid Shangaï, Fredéric Raillard observe hebdomadairement avec BFM Business, l’aventure digitale et sociétale de ce géant qui soit-disant sommeille… Sans donner de bons ou de mauvais points, le co-fondateur de F&F parle avec passion et discernement d’un pays et d’un marché amenés à redessiner sa société, nos sociétés et la planète qui nous abrite… INfluencia devient partenaire média et donne désormais de l’écho à ce contenu sans équivalent hexagonal…

Retrouvez la chronique hebdomadaire et audio de #FREDINCHINA sur INfluencia au travers de 3 rubriques :

1- Le Hot Topic : Le sujet le plus évoqué sur les médias sociaux en Chine.
2- La Hot Brand : La marque qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux.
3- Le Favorite Tweet : Le Tweet qui a le plus « ému ».

Et pour ceux qui préfèrent lire au lieu d’écouter, les 3 sujets sont retranscrits ci-dessous ! Bonne lecture !

HOT TOPIC : REN ZHIQIANG

Le grand sujet en Chine est à propos d’une personne très connue qui s’appelle Ren Zhiqiang et qui part à la retraite. Alors qui est ce personnage ? C’est à la fois l’une des figures de l’immobilier chinois et l’une des plus grandes fortunes de Chine qui a passé toute sa vie à construire des centaines et des milliers d’immeubles dans tout le pays. C’est donc une superstar.  Et pourquoi est-ce une superstar ? Parce qu’il est un influenceur sur Sina Weibo. Or, les influenceurs en Chine sont des gens extrêmements importants : chacun a son style et chacun a son secteur d’activité. Ainsi Ren Zhiqiang est un des deux  » KOL  » les plus connus en Chine dans le secteur de l’immobilier. Pour vous donner un petit ordre de grandeur, sur Sina Weibo, il a plus de 24 millions de followers. C’est assez considérable, alors que son ton est… plus qu’odieux! Ultra agressif. On l’appelle le Brother Cannon, Pao Ge tellement il est fulminant et tranché, indépendant et horrible. Il ne parle que de prix et vilipende tout le monde.

Je vous donne trois citations pour situer un peu le personnage :

– “Il n’y a que les cons pour espérer que les prix de l’immobilier descendent” : super sympa!
– “Pour les vrais riches, le prix de l’immobilier n’est jamais suffisamment cher”.
– “Si tu n’es pas assez riche pour t’acheter un appart en ville, et bien rentre à la campagne”.

Voilà qui donne le ton.

Il est aussi suivi parce que l’immobilier est un sujet majeur. D’abord il n’y a pas de culture des locations en Chine. On peut louer évidemment, mais seul l’achat compte. Les Chinois ont horreur de louer. Un petit peu à l’instar des Britanniques, ils vont dès leur premier salaire, investir dans n’importe quoi. Même une petite pièce dans une cave sordide mais c’est à EUX. Et petit à petit ils vont vendre, acheter, vendre acheter… Et comme En Grande Bretagne c’est un pays qui fonctionne beaucoup sur la spéculation immobilière. C’est un sujet qui préoccupe les Chinois car les jeunes aujourd’hui ont beaucoup de mal à acheter un appartement en raison du delta entre les niveaux de salaire et le niveau moyen de vente des appartements du prix au mètre carré dans les grandes villes qui rend inaccessibles les appartements.

Les appartements en Chine sont également en lease. Comme en Grande Bretagne encore une fois, on achète pour 70 ans, et il faut renouveler le lease tous les 70 ans puisque, dans le fond, tout appartient à l’État.

C’est un sujet majeur parce que les Chinois ont les yeux rivés sur l’immobilier. Et pour eux l’immobilier est un accès à la richesse et au confort et donc beaucoup de Chinois comptent vraiment là-dessus, plus que sur leur carrière. Ils comptent sur l’achat/revente comme en Angleterre et donc tout le monde veut absolument suivre les cours. Et comme Ren Zhiqiang ne parle que de prix, il est une référence pour eux : il est en quelque sorte le baromètre du marché et des transactions. Tous les Chinois aujourd’hui vivent dans l’angoisse, comme en attestent les gros titres des magazines, à la télévision et sur les réseaux sociaux. Ils vivent dans l’angoisse de l’éclatement de la bulle immobilière. En 10 ans, les loyers ont été multipliés par 5.

Source : weibo.com

HOT BRAND : ALIPAY

Super intéressant. Alipay est le système de paiement d’Alibaba, qui est un des trois géants du digital de la B.A.T. War (Baidu, Alibaba, Tencent). C’est marrant de voir à quel point les systèmes de paiement mobile ont complètement changé les comportements et le rapport à l’argent en Chine au quotidien. Par exemple, dans notre agence, quand on va déjeuner, un Chinois va par exemple commander pour 10 ou 15 personnes avec son mobile. Les plats arrivent à l’agence et là, il y a une expression qui s’est créée : “Je te chouchou”, ou alors “Chouchou me”. Pourquoi ? Parce que quand vous lancez l’application Alipay ça fait “chun chun, chun chun !”. L’autre mobile fait alors le même bruit puis les deux mobiles se connectent, c’est assez dingue. Et vous envoyez l’argent que vous voulez. C’est connecté, ce ne sont pas des comptes Alipay. Cela donne directement l’ordre à votre banque de transférer à la banque de la personne en face. C’est très sophistiqué et très bien fait. Et cela a vraiment changé le rapport à l’argent.

Les acteurs du paiement mobile se battent tous sur ce secteur. Tencent a par exemple intégré le paiement au sein des conversations. Quand vous allez sur WeChat, et dans sa version chinoise Weixin, vous pouvez en plein milieu d’une conversation, au lieu d’adresser quelques mots à votre interlocuteur, lui envoyer de l’argent. Lui reçoit cet argent ou pas. Mais s’il l’accepte, c’est transféré. Donc la sophistication au quotidien, c’est ce qu’on se disait sur les usages digitaux : la Chine a 5 ans d’avance sur l’Ouest.

Alipay est la Hot Brand car un Chinois s’est rendu compte d’une option qui était absolument inutile : pendant le paiement Alipay vous pouvez ajouter à la somme transférée une petite phrase ou non. C’est donc complètement inutile et ce Chinois s’est amusé à inventer une conversation pour répondre à la question : “Mais pourquoi aurait-on besoin d’ajouter une phrase lorsqu’on verse de l’argent ?”. Il est quand même arrivé à trouver des moments où ça peut être utile. Comme ce petit échange assez amusant qu’il a imaginé à propos d’un homme essayant de se faire pardonner par sa femme. Il envoie donc sa première phrase : “Chérie arrête d’être en colère contre moi” avec en dessous 100 RMB. Deuxième post : “Pardonne-moi”, avec en dessous 100 RMB. “Je regrette”, avec encore une fois en dessous la même somme. Il s’est amusé à lancer comme ça un faux dialogue -comme on peut le voir à l’Ouest sur les faux dialogues iPhone- avec beaucoup d’humour. Et ça a été repris par des centaines et des milliers d’internautes Chinois qui tous se sont amusés à créer de faux dialogues qui pourraient avoir lieu sur l’application Alipay.

Source : weibo.com

FAVORITE TWEET : LIU TAO

C’est une belle histoire car c’est un électricien d’une petite ville du centre-sud de la Chine : He Fei. C’est une personne normale pas tellement éduquée, très simple mais qui a un talent exceptionnel pour la photographie. Entre deux déplacements professionnels il va dans sa petite ville shooter des scènes de la vie quotidienne. Et c’est un passionné des gens, de la ville et de la vie. Il va prendre des choses qui le touchent, des petits détails un peu incongrus. Par exemple un homme et une femme marchant chacun en direction de l’autre alors qu’ils ne se connaissent pas. Et à l’arrière-plan se trouve une petite centrale électrique où l’on voit un panneau avec des petits éclairs rouges.

Liu Tao va prendre la photo exactement au moment où l’on va voir un petit éclair rouge au dessus de la tête de l’homme et un autre éclair au dessus de la tête de la femme. On a vraiment l’impression que les deux se rencontrent et qu’il y a un coup de foudre. D’autres de ces petits détails inattendus et attendrissants se retrouvent aussi dans ce cliché pris juste au moment où un vieil homme sur sa chaise roulante poussé par un adulte va croiser une maman avec son enfant dans une poussette. Tout est dans le regard de l’enfant sur le vieil homme.

Ce n’est qu’un petit moment furtif attrapé au vol par Liu Tao. Et pourtant il y a un sens esthétique évident dans toutes ses photos. Un petit peu comme Martin Parr. Liu Tao est le Favorite Tweet de la semaine car un magazine photographique l’a repéré, a regroupé une partie de ses travaux sur un post Weibo, provoquant un engouement immédiat. Au point d’être surnommé les Chinois : “le Maître Sauvage de la Photographie”, et on peut imaginer -avec la vitesse à laquelle la Chine réagit- un prochain changement de carrière pour cet homme. C’est impressionnant et émouvant de voir à quel point toute cette culture du partage de ce qui est beau et de ce qu’on est peut à son tour provoquer d’aussi belles choses qu’une éclosion de talent et peut-être un changement de vie.

Source : weibo.com

Raillard Fred

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia