8 octobre 2015

Temps de lecture : 1 min

La France is not in the air

Il y a des moments qui tombent mal, mais qui tombent mal, vraiment très mal… La photo de la chemise déchirée de ce pauvre cadre d'Air France qui a fait les gorges chaudes des réseaux sociaux et des médias des autres pays n'a vraiment pas arrangé notre image, au moment où le Premier ministre présentait -depuis Tokyo- fièrement au monde, Créative France, sa nouvelle campagne pour vendre la France aux investisseurs étrangers .

Il y a des moments qui tombent mal, mais qui tombent mal, vraiment très mal… La photo de la chemise déchirée de ce pauvre cadre d’Air France qui a fait les gorges chaudes des réseaux sociaux et des médias des autres pays n’a vraiment pas arrangé notre image, au moment où le Premier ministre présentait -depuis Tokyo- fièrement au monde, Créative France, sa nouvelle campagne pour vendre la France aux investisseurs étrangers .

D’un côté, un DRH, qui grimpe sur des grilles et s’échappe du comité d’entreprise, aidé par des agents de sécurité. De l’autre, des personnalités célèbres qui expriment la créativité française, comme le cuisinier Thierry Marx, le mathématicien Cédric Villani, le designer Philippe Starck, la chef Hélène Darroze, et des produits comme l’école 42 de Xavier Niel, l’avion électrique eFan d’Airbus, le Rosa de Medtech … « Créative France, c’est la France en mouvement, c’est la France qui s’assume! La France bouge, la France se réforme », a déclaré le Premier ministre, concluant ainsi par ces mots: « le Frenchbashing, maintenant c’est terminé, place à la fierté » !

Fierté ? On aimerait bien. Où est donc la vraie France dans tout ça ? Certes notre pays était la deuxième nation la plus représentée au CES de Las Vegas en 2015, certes encore nous sommes le premier pays d’accueil des investissements industriels réalisés en Europe, certes toujours nous sommes le 4è exportateur international de services… Mais la campagne, signée Havas Paris, qui tournera en presse et sur la toile dans une dizaine de pays, et coûtera quand même 8 millions d’euros , suffira t-elle à faire oublier ce nième couac qui nous fait montrer du doigt partout dans le monde?

Voilà une belle occasion pour Matignon de mettre en œuvre une vraie communication de crise. Les instances gouvernementales ont-elles déjà lancé un appel d’offres ? Il y a urgence…

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia