1 décembre 2020

Temps de lecture : 3 min

Les Français promettent de bouder le Black Friday… Vraiment ?

A peine 41% des Français ont prévu de faire des achats durant le Black Friday, selon une enquête de Coverd. Mais que vaut une intention, sans son action... Parlons-en.

A peine 41% des Français ont prévu de faire des achats durant le Black Friday, selon une enquête de Coverd. Mais que vaut une intention, sans son action… Parlons-en.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais… Les Français ont décidé de soutenir leurs petits commerçants en ne cédant pas aux sirènes tarifaires des plateformes de vente en ligne. C’est tout de moins ce qu’ils clament haut et fort car l’écart est souvent grand entre les paroles et les actes…

Résistance…

No pasaràn… Les fiers Gaulois se disent prêts à résister aux assauts des « méchants Amazoniens ». Une étude réalisée par le spécialiste de l’assurance smartphone Coverd auprès de sa communauté montre que seulement 41% des français ont prévu de faire des achats durant le Black Friday. 58% des personnes interrogées affirment ne pas être intéressées par cette période de soldes. Et 54% des sondés ont décidé de boycotter Amazon pendant ce nouveau confinement. « Grâce au click and collect et aux solutions mises en place par les commerçants de proximité, les Français ont préféré faire vivre leur ville et leur village, souligne cette enquête d’opinion. De ce fait, plus de 59% des Français ont réduit leurs achats en ligne lors de ce second confinement. » Voilà pour la théorie… Car avouons-le, il y a parfois loin de la coupe aux lèvres.

Les deux-tiers des sondés prévoient de dépenser 245 euros…

Strategy&PWC a questionné, entre les 3 et 6 novembre, 2000 consommateurs pour cerner leurs intentions d’achats à l’approche du Black Friday . Dans cette étude, les deux-tiers des sondés ont affirmé être séduits par cette opération commerciale durant laquelle il prévoit de dépenser 245 euros. Plus du tiers des cadeaux de Noël (35%) vont être achetés durant ce weekend pas comme les autres. Parmi tous les pays étudiés, la France et l’Allemagne sont ceux dans lesquels l’engouement pour cette campagne importée tout droit des Etats-Unis est le plus élevé. « Le Black Friday va être un succès, pronostique Nathalie Damery, la présidente et cofondatrice de l’Observatoire société et consommation. Les gens veulent consommer. Avec le reconfinement, ils se sentent sous contrainte. Confrontés parallèlement à une baisse de pouvoir d’achat, ou un sentiment de moindre pouvoir d’achat, les consommateurs vont regarder surtout les prix ».

Un report utile ?

Le gouvernement semble avoir pleinement conscience de ce phénomène. Le ministère de l’économie a forcé la main aux fédérations représentant la grande distribution, le commerce et le commerce en ligne pour qu’elles acceptent de décaler d’une semaine le Black Friday qui commencera donc le 4 décembre. Cette « concession » n’en est toutefois pas une car de nombreux sites ont commencé leurs braderies il y a plusieurs jours déjà. « L’annonce du confinement a lancé la bataille du Black Friday et de Noël plus tôt que les années précédentes », a constaté le cabinet Foxintelligence dans un article publié par Le Mond . Le directeur de la plateforme de colis de la Poste à Toulouse, Sylvain Bincteux, expliquait à l’AFP traiter depuis plusieurs jours des volumes qu’il avait prévu de recevoir pour le 15 décembre. « On est en avance de trois semaines. C’est historique », remarquait-il. 100 millions de colis pourraient ainsi transiter par la Poste en novembre et en décembre.

6 milliards d’euros

Le Black Friday pourrait générer, à lui seul, un chiffre d’affaires de six milliards d’euros, selon les estimations de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris. Les sites de ventes en ligne ne devraient croquer qu’un sixième de cette pomme juteuse puisque 5 milliards d’euros devraient être dépensés dans les magasins physiques. Les enseignes se préparent des semaines à l’avance pour ne pas rater ce rendez-vous annuel qui bat chaque année ses records annuels. Certains en France, comme le président du Conseil national des centres commerciaux, Jacques Ermann, voudrait interdire cette opération mais les affaires restent les affaires. Et 2020 ne risque pas de déroger à cette règle.

Aux Etats-Unis les ventes du Black Friday ont bondi de 21,6% par rapport à l’édition 2019

Il est aujourd’hui encore trop tôt pour savoir si les Français vont se ruer sur les promotions proposées le weekend prochain. Mais les Américains, eux, ont déjà succombé à la tentation. Cette année, les ventes lors du Black Friday aux Etats-Unis ont bondi de 21,6% par rapport à l’édition 2019. 9 milliards de dollars ont été dépensés en ligne durant la seule journée de vendredi dernier, soit 6,3 millions de dollars par… minute. A nous autres de montrer notre « résistance » face aux « bonnes affaires » proposées sur la Toile.

Therin Frédéric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia