AccueilTENDANCESOUIGO OU LES BOUCHONS SUR L’A6? ROSAPARK TRANCHE

OUIGO ou les bouchons sur l’A6? Rosapark tranche


Publié le 30/08/2020

Image actu

 

Cela devait arriver un jour, a fortiori après le confinement qui nous a fait goûter à l’absence de voitures, d’autobus and so on. Alors Rosapark n’y va pas par quatre routes, et vend Ouigo aux pauvres conducteurs qui n’ont toujours pas compris que le train c’était mieux que la voiture… Pas seulement pour eux mais aussi pour la planète, mais ça, c'est pas dit dans la pub!

 

 

Depuis le 10 août sur l’A 6 entre Lyon et Paris, les automobilistes croisent des camions dont les culs, leur disent clairement l’enfer qu’ils sont entrain de vivre en patientant de longues heures coincés dans les embouteillages, alors qu’il aurait été si simple, si économique et si malin d’adopter le TGV low-cost de la SNCF ! 200 «arrières de camions», (des vrais des « tatoués »), taquinent les aoutiens avec des phrases entendues mille fois. «Le jeu des plaques d'immatriculation c'est sympa 5 minutes», «À la radio, le mec, vraiment futé vous dirait de prendre le train» ou bien « message aux enfants, non on n’arrive pas bientôt ».

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, Ouigo suggère aux malheureux conducteurs , certes, «d’être prudents, mais avant tout… patients». Cette nouvelle campagne de communication moqueuse s’invite aussi dans la voiture puisqu’elle est relayée sur WAZE: les conducteurs voient apparaître, (quand la voiture est à l’arrêt), un pop-up OUIGO pour partager des messages emplis d’empathie. Ce message destiné à tous ceux qui préfèrent la voiture est déjà sur les réseaux sociaux de la marque, avec notamment des bons d’achats à gagner pour les plus patients... qui grâce à des codes cachés dans les bouchons de retours de vacances devraient dès le 10 septembre oublier définitivement le mot « voiture ». Comme quoi Ouigo est drôlement écolo mine de rien. Enfin, il y a quand même les 200 camions que Rosapark utilise pour vendre Ouigo... Pas très catholique, aurait dit ma grand-mère... 

Commentez


Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR