17 octobre 2012

Temps de lecture : 2 min

Le football belge crée de nouveaux liens avec ses supporters

Pour consolider la popularité retrouvée de son équipe nationale, la Fédération Belge de Football joue la carte de l’interactivité. Social et digital, ce joli coup marketing devrait donner quelques idées aux marques partenaires d’équipes en mal d’amour…

Si se qualifier pour la prochaine Coupe du Monde au Brésil est leur mission prioritaire, les joueurs du Plat pays ont un autre challenge important à relever :  tisser des liens historiques avec leurs supporters.

Lancée debut août par la Fédération Belge de Football avant une rencontre amicale face aux Pays-Bas, la campagne « Défis des Diables » est une première mondiale, déjà marquée du sceau de la jurisprudence. Car deux mois apres son lever de rideau estival, l’initiative est un immense succès.

Le concept est simple mais accrocheur : pour chaque match de qualification, les joueurs sollicitent le soutien des supporters en leur lançant un défi. S’ils atteignent l’objectif, les Diables Rouges – surnom de la sélection belge – s’engagent en contre partie à offrir quelque chose à leurs fidèles. Ce donnant-donnant social et digital relayé sur Facebook et le site officiel de la campagne relève du jamais vu entre une équipe nationale de football et ses fans.

Avant la rencontre avec leurs voisins hollandais, les joueurs, par une lettre ouverte publiée dans les médias traditionnels, mettaient au défi de colorer la Belgique en rouge. « Les localités frontalières, les routes vers le stade, tous les endroits par lesquels passeront les supporters néerlandais devront être de couleur rouge vif. Utilisez des ballons rouges, des drapeaux rouges et même, si besoin, des moutons peints en rouge ! Si vous menez votre mission à bien, trois joueurs seront littéralement teints en rouge », stipulait le premier challenge des Diables Rouges au peuple belge.

Des statues aux monuments, en passant par les voitures, les animaux et même les tatouages, le Royaume a répondu au challenge. Et les joueurs ont  respecté leur parole en retour : la belle histoire marketing a ainsi commencé.

Si le deuxième défi était plus corsé  – collecter 500.000 décibels de cris de supporters – il fut aussi facilement remporté. Mieux encore, les 528.406 décibels recueillis ont été envoyés au Pays de Galles par un bateau équipé de haut-parleurs, avec pour devise « Plus nous sommes proches, mieux c’est ». Comme récompense, les joueurs ont chanté l’hymne national à tue-tête.

Preuve de la réussite retentissante de la campagne, il aura fallu à peine six heures pour accomplir le troisième défi : créer 1000 stades à domicile, que ce soit dans son salon, son jardin ou même les amphithéâtres universitaires. Juste avant le match contre l’Écosse, le total final a été dévoilé (plus de 2000) et les supporters ont pu appeler le compte Skype de la campagne pour montrer leurs images en direct. Elles ont eu l’honneur d’être difusées régulièrement sur l’écran central du stade Roi Baudouin, là même où trois joueurs ont remercié la passion de leur public par une visite filmée des coulisses de leur stade.

Autant dire que cette première dans le monde du football international dispose de tous les atouts pour servir d’exemple aux marques désireuses de redorer le blason des équipes qu’elles sponsorisent. Quand le peuple s’attache à son équipe, le ROI coule de source. Nike avec nos Bleus en aurait bien besoin…

Benjamin Adler
Rubrique réalisée en partenariat avec Mediapost Publicité

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia