9 décembre 2021

Temps de lecture : 3 min

Fondation Nestlé: l’alimentation des plus grands chaque fois plus influencée par les plus jeunes

L’influence des enfants sur l’alimentation de leurs aînés ne s’est jamais fait autant ressentir. Voila l’enseignement principal tiré de la deuxième édition de l’Observatoire Alimentation & Familles de la Fondation Nestlé France, dressé conjointement avec Ipsos.

Un tiers de toute la nourriture produite dans le monde finit à la poubelle. Chaque aliment jeté consomme des ressources précieuses et met l’agriculture sous pression. Au total, le système alimentaire mondial est à l’origine de 25 à 30 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Parallèlement, des millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire. Pour sa deuxième édition, l’Observatoire Alimentation & Familles de la Fondation Nestlé France dresse avec Ipsos le bilan des comportements alimentaires des Français en 2021. Cette année plus que jamais, l’alimentation est au cœur des préoccupations dans les foyers.

« Se retrouver, ensemble, à table a été un facteur positif dans une période d’anxiété. La quête du bien-manger s’est renforcée, ainsi que l’influence des plus jeunes sur les comportements alimentaires de tout le foyer. Ces repas pris ensemble semblent être aujourd’hui nécessaires au bien-être de tous. Cet Observatoire est donc primordial pour la Fondation Nestlé France : au plus proche des habitudes alimentaires des Français, nous prenons conscience des tendances et contraintes qui façonnent leur quotidien, et pouvons mener des actions en conséquence », explique Pierre-Alexandre Teulié, Secrétaire Général de la Fondation Nestlé France.

L’Observatoire Alimentation & Familles dévoile les conséquences de la pandémie sur les habitudes alimentaires des Français : la cuisine apparaît comme un véritable refuge au sein des foyers, malgré des contraintes toujours présentes. Et puisqu’une image vaut mille mots, place à l’infographie concoctée par les soins de l’Observatoire. Celui-ci s’est basé sur une méthodologie alliant analyse des conversations en ligne et étude quantitative auprès de 1000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 à 65 ans. L’échantillon a été interrogé par Internet via l’Access Panel Online d’Ipsos.

 

L’alimentation, un facteur de rapprochement en situation d’isolement

Les restrictions imposées par la Covid-19 ont exacerbé le besoin de convivialité et de partage au sein des foyers. Aujourd’hui, 8 Français sur 10 gardent un bon souvenir de l’alimentation et des repas pendant la pandémie.

 

 

Les enfants, nouveaux moteurs de l’équilibre et de la transition alimentaire dans les foyers

 

Une quête du bien-manger favorisée par la pandémie

La période de confinement a également provoqué une accélération de la transition vers des comportements alimentaires plus équilibrés et responsables. Et le confinement accentue d’autres pratiques dans cet ordre d’idée.

Des contraintes amplifiées et une charge mentale accrue

La structure des repas à la française est potentiellement mise en danger par l’avènement du
télétravail. Si la majorité des Français déclare faire une vraie pause déjeuner en télétravail, 1/3 des télétravailleurs ne prennent pas de réelle pause déjeuner, ils mangent très rapidement, souvent derrière leur ordinateur.

 

 

Le repars type des français : pratique, équilibré mais sous tensions

Post-confinement, le retour à la normale s’accompagne de davantage de tensions, avec un retour au besoin de rapidité, de simplicité et d’équilibre. En 2021, le critère de la facilité à cuisiner redevient l’un des éléments les plus importants (pour 41% des Français). Pour 36% des Français, le repas doit être rapide à cuisiner et il doit plaire à toute la famille. En outre, l’équilibre alimentaire fait toujours face à des freins : Pour 45% des Français, le 1er frein au fait de manger équilibré est le prix. Pour 37% des Français, c’est le temps. Pour 36% des Français, c’est l’inspiration.

 

Les mères de familles, cheffes d’orchestre sous pression en cuisine

L’implication grandissante de tous les membres de la famille, la démultiplication des régimes alimentaires vient alourdir la charge mentale des mères de famille. La mère garde toujours un rôle central dans la préparation des repas et c’est sur elle que repose encore cette tâche au quotidien. Pourtant, c’est bien toute l’unité familiale qui semble en branle bas de combat : « Nous avons été surpris par l’impact positif de la période de confinement sur les comportements alimentaires des Français et par l’ingéniosité des familles pour partager davantage de moments en cuisine et se retrouver ensemble à table. L’influence des plus jeunes sur les adultes a permis aux foyers de réinventer leur modèle alimentaire et de faire cohabiter les goûts de chacun. Entre la nouvelle normalité, le télétravail, les vagues de Covid-19 successives, nous constatons que les Français adaptent leurs pratiques. Dans l’édition 2022 de l’Observatoire, nous allons créer un indice qui intégrera les dimensions de plaisir, de partage, de santé, de durabilité et d’accessibilité, afin d’évaluer le niveau de « bien-être alimentaire » des Français », souligne Laurence David, Déléguée Générale de la Fondation Nestlé France.

 

En résumé

L’Observatoire Alimentation & Familles de la Fondation Nestlé France dévoile une enquête servie par une infographie sur la thématique du bien-manger.

Sacha Montagut

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia