5 janvier 2015

Temps de lecture : 2 min

Fisher-Price accouche du premier film de 2015

En filmant les premiers vœux de jeunes parents à leurs nouveaux nés dans sept pays différents un soir de réveillon, Fisher-Price joue sur une corde facile et sensible pour lancer sa campagne « Best Possible Start ». Le produit est efficace, le message porteur mais le consommateur doit-il oublier le passif de l'annonceur ?

En filmant les premiers vœux de jeunes parents à leurs nouveaux nés dans sept pays différents un soir de réveillon, Fisher-Price joue sur une corde facile et sensible pour lancer sa campagne « Best Possible Start ». Le produit est efficace, le message porteur mais le consommateur doit-il oublier le passif de l’annonceur ?

Certaines campagnes arrivent à nous faire oublier que malgré ses bonnes intentions, la marque instigatrice fabrique et vend des produits en plastique néfastes pour l’environnement et potentiellement, pour la santé de ses utilisateurs. En 2007 Fisher-Price était contraint de rappeler plus d’un million de jouets toxiques fabriqués en Chine. Trois ans plus tard, rebelotte avec cette fois des tricycles dans l’œil du cyclone. Mais le consommateur a (malheureusement) la mémoire courte et la marque nord-américaine en profite pour renouer le lien émotionnel.

Conçue en collaboration avec la fondation Barefoot de Shakira, la campagne « Best Possible Start » a officiellement débuté le 2 janvier. Pour le lever de rideau, trois mois après le lancement de la web-série partageant les confessions maternelles de la chanteuse colombienne, Fisher-Price se paye un spot touchant à forte portée sentimentale. Intitulé « Wishes for Baby » (voir ci-dessous), le film de 90 secondes a été crée et produit en moins d’une journée dans les dernières heures du réveillon du 31 décembre. Réalisé par le documentariste Patrick Creadon, il met en scène des nouveaux parents filmés avant et après l’accouchement, dans dix hôpitaux de sept villes différentes, avec l’aide de l’ONG Concern Worldwide au Kenya et au Bangladesh. Devant la caméra, dans un instant absolu d’intimité, chaque maman émet son premier vœu au nouveau né tant aimé. Après tout, le meilleur départ possible dans la vie pour notre progéniture ne commence-t-il pas avec de l’amour ? C’est tout le message du spot, qui en a même fait sa tagline.

Un prolongement online pour un engagement social

« La première fois que vous tenez votre bébé dans les bras, vous leur souhaitez tellement de choses. Je l’ai moi-même vécu, ce désir incroyable que votre enfant puisse profiter de toutes les opportunités qu’offre la vie. Ayant filmé la naissance de mes propres enfants, j’ai été très impliqué dans ce projet. Je savais que ces portraits jumelés seraient puissants à l’écran », explique Patrick Creadon. C’est justement parce que « les parents sont universellement connectés par la même envie pour leurs enfants », dixit le réalisateur, que Fisher-Price prolonge la campagne sur les réseaux sociaux. Pendant six semaines via le hashtag #WishesForBaby sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest, la campagne devient participative et espère inspirer de véritables conversations avec des jeunes parents. Ecrivain, illustratrice et mère de famille, Adele Enersen a été choisie par le fabricant de jouets pour mettre en dessins un catalogue des vœux les plus populaires. Bref, Fisher-Price joue sur une corde sensible, en attendant la sortie d’une nouvelle gamme dédiée de jouets.

Benjamin Adler / @BenjaminAdlerLA

Wishes for Baby

Working with Fisher-Price

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia