27 mars 2019

Temps de lecture : 2 min

La fiesta grafica sublime le graphisme latino

L’exposition qui a lieu à la maison de l'Amérique Latine jusqu’au 7 mai porte bien son nom. Car c’est à proprement parler, à une fête graphique, que nous convie le grand affichiste Michel Bouvet, commissaire de l’exposition.

L’exposition qui a lieu à la maison d’Amérique Latine jusqu’au 7 mai porte bien son nom. Car c’est à proprement parler, à une fête graphique, que nous convie le grand affichiste Michel Bouvet, commissaire de l’exposition.

La fiesta grafica ? L’immersion est immédiate. L’œil ne sait plus ou donner de la rétine, devant tant de couleurs, de mots, de ratures, de traits vifs et de typos incroyables de liberté. Et vous comprenez très vite qu’ici rien n’est neutre. ou gratuit. C’est que ces affiches gigantesques conçues par vingt-six artistes* d’Amérique Latine sont des manifestes. Ces hommes et femmes venus du Chili, du Mexique, d’Argentine, du Pérou, de Cuba ne font pas de l’art pour de l’art. Ils luttent. Se battent à coups de pinceaux, de Poscas, de bombes de couleurs, de collages, pour dire les inégalités, la révolution, les injustices, à travers ces affiches politiques, sociales. Alors, happé par tant d’énergie, de désir, d’actes, on se faufile dans les salles bouche bée.

Le graphisme, une responsabilité sociale en Amérique Latine

Michel Bouvet explique avec emphase que ces graphistes ont pour mission, de s’impliquer dans la société, de défendre les droits des citoyens, de combattre les dictateurs. Pour lui, l’amoureux de l’Amérique du sud, le « graphisme est une responsabilité sociale, politique, artistique, culturelle, c’est une éducation à l’œil, au regard ». L’échange est le motto de Michel Bouvet qui en profite pour exposer lui aussi les affiches qu’il a consacrées à des événements en Amérique Latine, tels que Las bodas de Figaro à Montevideo, des photographies inédites ou publiées dans son livre, Typographies parallèles.

Une main pour donner, une main pour recevoir

Une fête donc, de l’amitié et des idées partagées. Car ce globe-trotter du graphisme a exposé sur tous les continents et a commencé très tôt à parcourir le monde afin « de mieux connaître les hommes ». « Une main pour donner, une main pour recevoir », répète souvent le grand affichiste. Et on ne peut que le croire, tant l’énergie, la générosité et le mouvement de ces billboards sont contagieux. Avec ces artistes, nous sommes embarqués vers un voyage de convictions artistiques, et une envie de partir découvrir cet ailleurs qu’il nous présente ici… Alors, sous le charme de cette magnifique Fiesta Grafica, il ne nous reste plus qu’une chose à faire : nous procurer le catalogue de 300 pages. Pour que la fête continue.

Tous les artistes Latino-américains qui participent à La Fiesta Grafica
Colectivo Onaire [Mariana Campo Lagorio, Gabriel Lopatín, Gabriel Mahia, Sebastián Puy, Natalia Volpe], Theo Contestin, El Fantasma de Heredia [Anabella Salem, Gabriel Mateu], Mono Grinbaum (Argentine), Bebel Abreu, Kiko Farkas, Rico Lins (Brésil), Martha Granados (Colombie), Idania del Río, Giselle Monzón (Cuba), Pablo Iturralde (Équateur), Jorge Alderete, Benito Cabañas, Alejandro Magallanes, Germán Montalvo, (Mexique), Celeste Prieto (Paraguay), Natalia Iguiñiz Boggio (Pérou), Atolón de Mororoa [Andrés Amodio, Zelma Borras, Diego Fernandez, Diego Prestes] (Uruguay).

Alderete

Atolon de Mororoa

Natalia Inguinez Boggio

Bebel Books

German Montalvo

Idania des Rio

German Montalvo

Groupe Onaire

Mono Grinbaum

Marta Granado

Alejandro Mallaganes

Alonso Cristina

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia