11 décembre 2019

Temps de lecture : 2 min

La Fédération Française de l’Apéritif ouvre sa 3ème boutique

Plus franchouillard, tu meurs… La FFA a été fondée sur Facebook par trois copains qui voulaient rigoler ensemble. Leur idée a depuis donné naissance à une PME en pleine croissance. Influencia adore l'idée et le traité.

Plus franchouillard, tu meurs… La FFA a été fondée sur Facebook par trois copains qui voulaient rigoler ensemble. Leur idée a depuis donné naissance à une PME en pleine croissance.

Lecteurs Lillois, préparez vous : la FFA va bientôt s’installer chez vous. Vous connaissiez la FFF, la FFT, la FFBB et la FFHB ? Cette fédération française n’accueille pas les footballeurs, les joueurs de tennis, les basketteurs et les handballeurs mais les amateurs de petit jaune accompagné de biscuits salés et de cacahuètes. La Fédération française de l’apéritif a été fondée par trois copains en 2006. « C’était l’époque de la naissance de Facebook quand des groupes se créaient autour de n’importe quel sujet, se souvient Quentin Chapuis qui a lancé pendant quatre ans la marque française de chocolat Valrhona sur le marché canadien. Avec Arnaud de Broves qui travaillait chez AccorHotels et Paul-Antoine Solier qui était concepteur-rédacteur dans une société de production télévisée, on a décidé un jour de fonder la FFA. On voulait juste rigoler mais le groupe a rapidement eu plusieurs centaines de milliers de membres et on s’est dit qu’on pourrait peut-être profiter de cet intérêt pour nous lancer dans les affaires ».

Le trio Officiel de la FFA…Quentin Chapuis, Arnaud de Broves, Paul-Antoine Solier

 Jouer à la pétanque au milieu des rayons

L’idée des trois compères est d’ouvrir des boutiques offrant toute une gamme de produits destinés à l’apéritif. Leur premier point de vente est inauguré en avril 2011 rue de Paradis dans le 10ème arrondissement à Paris. Au milieu du magasin, une piste de pétanque a été construite pour les amateurs de boules et dans les rayons 400 références sont proposées. Tous ces articles ont été fabriqués en France par près de quatre-vingt producteurs locaux. Cette start-up a mis six années pour ouvrir son second point de vente dans la capitale. L’inauguration de sa troisième boutique à Lille est, elle, prévue d’ici la fin de l’année. Cinq autres succursales devraient voir le jour dans les trois prochaines années. A terme, l’enseigne pourrait compter une vingtaine de « supérettes apéritives » (c’est leur nom officiel) dans l’hexagone.

Piste de pétanque au milieu de la supérette

Le Made In France à la cote

Au fil des années, l’entreprise s’est diversifiée en proposant notamment un service de livraison pour les entreprises. Ses articles peuvent aussi être dégustés après avoir été commandés sur Deliveroo. Depuis cette année, la FFA commercialise des produits en marque propre. Le 14 juillet, la bière L’Officielle a été officiellement lancée. Des rillettes et pâtés, des T-shirts, des sous-bocks et des planches à saucisson sont également vendus sur son site avec un certain succès.

Lancement de l’Officielle

Le nom attire la sympathie

La réussite de la FFA s’explique. « Notre nom attire la sympathie, reconnaît Quentin Chapuis. Des gens se prennent souvent en photo devant nos boutiques car ils apprécient notre concept. Mais notre marque n’explique pas, à elle seule, notre développement. Nous bossons dur pour proposer des produits de qualité au meilleur prix. Nos T-shirts sont fabriqués par Armor-Lux en Bretagne, nos verres sont produits par Duralex et nos planches viennent de Thiers ». Le chiffre d’affaires de cette « fédé », qui compte neuf collaborateurs, devrait ainsi passer de 750.000 à 1,2 million d’euros entre 2019 et 2020.

Après le Slip Français…

Les start-ups qui jouent la carte du « Made in France » connaissent aujourd’hui un joli succès. Le Slip Français  créé il y a tout juste sept ans, le prouve chaque jour avec son chiffre d’affaires de 20,7 millions d’euros et sa centaine de salariés (https://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/guillaume-gibaultle-slip-francaison-grandit-en-ambition-et-en-sens-1633634.html). Alors pour Noël, n’oubliez pas de commander un boxer et un saucisson…

Therin Frédéric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia