29 février 2012

Temps de lecture : 4 min

Ce qu’il faut retenir du Mobile World Congress

Emmanuel Witvoet présent à la grand-messe mondiale du mobile à Barcelone, présente les trois tendances qui se sont dégagées durant ces journées.

A l’occasion du Mobile World Congress, Barcelone voit chaque année depuis maintenant 7 ans se réunir l’ensemble des acteurs de l’écosystème mobile mondial.  De ces quelques jours et des annonces successives des différents constructeurs (Nokia, HTC, Sony, Huawei, Samsung) et intervenants de grands groupes (Google, Ford, Ebay, Foursquare) se dégagent 3 tendances fortes soulignant la maturité d’un écosystème devenu incontournable.
La première tendance est l’accélération de la démocratisation des smartphones.

Un des phénomènes les plus marquants de ces derniers jours, est la succession d’annonces par les constructeurs qui ont dévoilé chacun une gamme toujours plus riche de smartphones. Ces annonces de gamme, avec en moyenne 3 smartphones  par constructeur, montrent à quel point ils comptent offrir aux consommateurs des mobiles adaptés à chacun.
Outre la surenchère technologique habituelle lors de ce genre d’évènements (processeurs bi voire quadri cœur, comprendre de plus en plus rapide, appareils photos de plus en plus performants, ou même projecteur intégré dans le dernier né de Samsung), on a constate un déferlement d’Android. Car s’il cumule déjà aujourd’hui plus de 50% du marché des smartphones, devant Apple, on peut anticiper une croissance accélérée de sa part de marché du fait que tous les constructeurs ont annoncé leurs smartphones sur Android !
Tous … tous sauf Nokia, qui continue à pousser Windows Phone, seule alternative crédible à l’hégémonie du duo Android-Apple sur le marché du smartphone. Bien que les parts de marché ne soient pas encore au rendez-vous, Nokia apporte avec sa nouvelle gamme Lumia des téléphones attractifs tant en termes de design que de prix avec une entrée de gamme à 250 euros.
Avec près de 40% de pénétration en France, les smartphones sont donc en passe de devenir un phénomène de masse, que des tarifs attractifs vont certainement encore favoriser. Cette croissance va donc s’accentuer et avec elle vont se diffuser encore plus largement des services mobiles à forte valeur ajoutée qu’il va falloir créer.
Et ce sont justement ces services mobiles qui ont formé la seconde tendance forte de l’édition 2012 du Mobile World Congress.
Un éventail de services va voir le jour dans les deux années à venir qui va radicalement changer la façon dont nous consommons biens et contenus. Cette mutation est portée par l’arrivée de 2 technologies, à savoir la 4G, permettant un débit 4 fois supérieur à celui de la 3G, et le NFC, qui permet de déployer des services sans contact directement intégrés dans le téléphone. Même si la 4G ne devrait pas arriver en France avant mi-2013 et le NFC ne pas être dans la poche de la majorité des consommateurs avant 2 ans, il est grand temps de se préparer à cette révolution. Pour cela, il fallait se tourner vers les stands des opérateurs coréens ou nippons présents (SK Télécom, KT, NTT Docomo) pour comprendre de quoi notre futur sera fait.
  Ainsi, vous pouviez expérimenter le parcours d’un consommateur qui, arrivant au stade de base-ball, passe son téléphone devant le sigle NFC au mur, déclenchant ainsi le paiement et la mémorisation de sa place de parking. Vous vous mettiez ensuite à sa place dans le stade, et en passant votre téléphone sur le sigle NFC du dossier de siège devant vous, vous pouviez utiliser le bon de réduction reçu avec votre place au match, commander un encas en exactement 4 clics et vous le faire livrer directement à son siège. Enfin, une fois le match fini, quoi de plus facile de retrouver son véhicule avec de la géolocalisation en indoor qui vous guide dans les méandres de cet immense parking !
Quant aux possibilités offertes par la 4G, elles sont presque infinies. Vous pouviez ainsi faire l’expérience de jeux multi-joueurs en 4G ou de téléchargement de films entiers sur votre smartphone en quelques minutes. De quoi bouleverser complètement une stratégie de contenu aujourd’hui souvent inadaptée à ce nouveau canal.
Tout cela augurait donc, non seulement des mutations que les consommateurs allaient voir arriver très prochainement, mais également de la manière dont les marques vont devoir changer leur rapport à des clients de plus en plus connectés et désireux d’expériences fluides et intégrées, brouillant les lignes entre desktop et mobile, physique et dématérialisé.

Enfin, c’est la construction de ces services, futurs comme présents, qui a constitué le troisième point d’attention de ce MWC.
On a vu à Barcelone un éventail très large d’acteurs qui aident les marques à construire des services mobiles pertinents, que ce soient des sites internet pour mobiles ou des applications. La frontière entre sites et applications est d’ailleurs en train de disparaître par la diffusion de plus en plus forte du HTML 5 comme plateforme universelle. Plusieurs annonces allaient dans ce sens, comme Mozilla et Telefonica qui comptent ouvrir un store d’applications mobiles développées en HTML 5 et donc diffusables sur l’ensemble des plateformes mobiles puisque directement compatibles avec iOS, Android, Windows Phone, ou même Blackberry.
La problématique de la promotion des applications était également au centre des débats. En effet, les stores d’applications existants, que ce soit l’AppStore ou l’Android Market pour ne citer que les plus importants, ne permettent pas aujourd’hui de faire émerger une application en appliquant les mêmes principes que sur le web, à savoir une combinaison de SEO et SEM. La raison principale étant que ces stores, surchargés, n’indexent tout simplement pas le contenu des applications qu’ils hébergent.
Le point de convergence des débats sur la construction des services apparaissait alors comme la nécessaire fédération des expertises. Développer des services mobiles pertinents pour le plus grand nombre implique de plus en plus de fédérer la maîtrise des problématiques marketing et techniques spécifiques à l’écosystème mobile, d’expertises et d’acteurs très divers, pour être véritablement synchronisés avec le consommateur final, dont les usages sont eux-mêmes en évolution permanente. L’année mobile 2012, ouverte à Barcelone ces derniers jours, s’annonce donc riche d’accélérations!

Emmanuel Witvoet Head of Mobile Practices, Groupe FullSIX

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia