18 novembre 2009

Temps de lecture : 1 min

Fatal

Pas banale la dernière pub pour le Cantal. N'est-ce pas Chantal ? Trois scénettes de la vie quotidienne où Chantal « oublie le cantal »... ce qui lui est fatal puisqu'elle se retrouve, tour à tour, larguée par son futur mari le jour de son mariage, lâchée par l'alpiniste qui l'accompagnait en haut des sommets et abandonnée au bord de la route par son amoureux. Décidément, il ne fait pas bon d'oublier son Cantal... Par Patrice Duchemin

La métaphore vaut au-delà du plateau de fromages : ne pas posséder un produit ou une marque peut parfois donner le sentiment étrange d’être mis à l’écart d’un groupe. Fatal, diront certains. Il faut posséder pour s’intégrer. Certains ont, par ailleurs, cru déceler dans cette modeste pub des propos sexistes et des allusions aux violences conjugales… C’est lui prêter beaucoup plus d’intentions qu’elle n’en a et cela vient bien témoigner de la forme de terrorisme qu’exerce aujourd’hui le respect prudent, jusqu’à l’obsession, du politiquement correct.
Ici, l’ambition est simplement de divertir. Surprenante dans sa forme, désuète, presque « réclamière », ce spot tranche (sans mauvais jeux de mot) avec les pubs actuelles élevées aux concepts et aux effets spéciaux. Tout le monde ne partage pas ce type d’humour, mais il a au moins pour vertu de venir nous rappeler que la pub est d’abord un spectacle populaire… Vive les jeux de mots et les blagues à deux balles ! N’est-ce pas Chantal ?

Patrice Duchemin / Planning et Tendances
redaction@influencia.net

Chantal se marie

Chantal part en vacances

Chantal fait de l’alpinisme

 

La rédaction

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia