22 octobre 2020

Temps de lecture : 2 min

Facilitation graphique: le dessin et les mots pour expliquer

Venue tout droit des Etats-Unis, la facilitation graphique est une méthode qui permet, grâce au dessin, de faciliter les échanges et les réflexions au sein d’un groupe.

Venue tout droit des Etats-Unis, la facilitation graphique est une méthode qui permet, grâce au dessin, de faciliter les échanges et les réflexions au sein d’un groupe.

Un dessin en dit parfois plus qu’un long discours. Les réunions, séminaires et autres conférences sont souvent vite oubliées. Certains organisateurs publient d’épais comptes rendus pour résumer les échanges des différents intervenants mais ces documents sont rarement lus et fréquemment jetés à la poubelle sans même avoir été ouverts. Un métier qui est apparu dans les années 70 dans les grands cabinets de conseil de la côte ouest aux Etats-Unis commence toutefois à connaître un succès grandissant en France. Son nom ? La facilitation graphique.

Le dessin pour résumer l’essentiel d’une réunion

Après plusieurs années à la direction de l’agence de développement économique de la Mission de Développement économique régional (MDER) de la région PACA, Cécile Masera a choisi en 2015 de quitter Marseille pour s’installer à Lyon. Passionnée de dessin, c’est lors d’une formation sur l’intelligence collective qu’elle découvre la facilitation graphique.

3 en 1

« J’aime représenter les choses visuellement, explique t-elle. J’avais l’habitude de faire des croquis lorsque j’assistais à des réunions dans le passé». Au fil des mois, elle se renseigne sur l’histoire de cette pratique que les anglo-saxons appellent le « scribing » . Les américains ont vite compris que le visuel et l’image avaient un impact très fort sur le cerveau. Les sciences cognitives ont, depuis, prouvé leur théorie. Les travaux de l’Américaine Kelvy Bird qui collabore régulièrement avec le MIT et Harvard mais aussi avec de nombreuses entreprises cotées dans le classement Fortune des 500 plus gros groupes aux Etats-Unis ont beaucoup inspiré Cécile Masera.

Mieux travailler

Son travail se décline de trois manières comme elle l’explique sur son site. La facilitation graphique aide, comme son nom l’indique, un groupe à mieux travailler. « Les gens nous voient dessiner et ils observent la progression de leurs discussions prendre forme sous leurs yeux, résume cette « visual practitioner » qui anime également des ateliers de philo pour les enfants. Ils peuvent ainsi mieux ressentir, mémoriser, réfléchir et trouver de nouvelles idées. Le « sketchnoting », que l’on appelle aussi reportage graphique, est davantage un compte rendu dessiné d’interventions. Durant les conférences et les séminaires où je fais ce travail, je me positionne à l’arrière du groupe ». Le troisième volet de son activité est le plus demandé depuis quelques semaines. Covid-19 oblige… La data visualisation consiste en effet à dessiner en direct et à distance pour résumer des échanges entendus lors d’une visioconférence.

Vite fait, bien fait

Ce métier demande beaucoup de concentration et de rapidité . « C’est un gros travail d’écoute, explique la facilitatrice lyonnaise. Après une dizaine de minutes d’observation, je dois commencer à dessiner car ma fresque, qui fait généralement pour un séminaire d’une journée quatre mètres de largeur sur un mètre de hauteur, doit être terminée avant la clôture des discussions » Les tarifs d’un facilitateur graphique varient entre 1500 et 2000 euros par jour en fonction de son expérience et de sa « renommée » sur ce micro-marché.

Un coup rude à cette activité

La crise sanitaire a porté un coup rude à cette activité qui commence tout juste à se faire connaître en France. L’annulation de la plupart des conférences et des réunions ne facilite pas la tâche de ces facilitateurs qui ont l’habitude de dessiner au milieu de leurs clients pour détecter la substantifique moelle de leurs discours. Mais le télétravail est aussi possible dans cette profession. Comment la planète professionnelle tournerait-elle aujourd’hui sans Zoom, Google Meet ou Microsoft Teams ?

Therin Frédéric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia